Dialogue tactile avec mon smartphone

6 octobre 2012
Par

 

M’enhardissant sur la voie technologique, me voici équipée d’un très élégant smartphone violet. Le monde tactile s’ouvre à moi. Cela fait maintenant quelques années que j’observe furtivement mes voisins de métro manipuler ce type d’objet, je devrais facilement comprendre sa logique.

Ayant perdu quelques contacts dans le transfert de la carte SIM, je décide de les réintégrer. Je trouve sans peine la commande des contacts (une icône représentant une tête humaine doublée d’un message textuel Contacts), celle qui permet d’ajouter un nouveau contact (un petit + à droite de l’écran), mais voilà, je n’ai pas de clavier ! Dans ma tête défilent les images du film Les dieux sont tombés sur la tête, lorsque le Bochiman Xhixho reçoit sur la tête une canette de coca-cola.

Fine mouche, je résous l’énigme posée par mon smartphone. En fait, je cherchais une commande textuelle : la solution est ailleurs que dans un lexème ! Suis-je distraite, mon outil est de l’ère du « tactile ». Je fais donc enfin le bon geste et j’effleure la case nom : le clavier apparaît. Loin d’être inanimé, mon smartphone est un objet réactif.

Le lendemain, l’outil me pose une second énigme : je veux envoyer un SMS en passant par mon carnet d’adresses mais ne vois que deux commandes s’offrir à moi : « Appeler le mobile » et « Envoyer E-Mail mobile ». Rien pour les SMS et autres textos. Cette fois, je fais l’erreur inverse, je cherche une commande tactile alors qu’en fait le menu principal comporte une icône avec un message textuel « SMS/MMS » (en sus de la bulle de parole).

De ces deux énigmes, je tire trois conclusions :

– Le conditionnement textuel ne s’efface pas en un clic.

– Mes attentes brouillent ma perception.

– Une affordance réussie nécessite une pratique qui engage mon corps, ou plus exactement, qui lui demande des gestes autres que scripturaux, notamment visuels (requérant donc mes capacités de perception) ou tactiles.

Selon la théorie des affordances élaborée par le psychologue James Jerome Gibson, une affordance correspond aux informations sur les possibilités d’actions. Elle s’entend comme « une manifestation d’une certaine disponibilité à l’action » (Morgagni 2011 : 2).  Ainsi l’affordance s’articule entre les informations et les capacités. Le smartphone devient un objet du quotidien. Mais seule la pratique me donnera la compétence de l’outil. Une carte postale m’envoie des instructions que je sais décoder : ici s’écrit l’adresse de l’expéditeur, là se colle le timbre. Il en est de même d’un timbre prédécoupé qui afforde d’être décollé et recollé. Mon environnement objectal conditionne dans une certaine mesure ma façon de penser, d’écrire ou de communiquer, mais aussi mon comportement et ma gestuelle. La pensée n’est pas centrée dans le cerveau, elle est aussi manuelle, corporelle. Dans Les objets au quotidien, Jacques Fontanille et Alessandro Zinna parlent de « prothèses technologiques » : les objets tels que les ordinateurs ou les téléphones portables sont autant d’ « appendices ou de prothèses qui prolongent et amplifient les potentialités ou les capacités communicatives du corps ». J’ai envie d’aller plus loin et de suivre Dominique Lestel lorsqu’il accorde aux artefacts comme l’e-pod le statut d’un interlocuteur. Plus qu’une prothèse, le smartphone est un interlocuteur qui m’interroge, me répond, me contredit, en ne me répondant pas (commande inopérante) ou m’approuve, en exécutant la commande. Dans cette perspective, explorée par la linguiste Marie-Anne Paveau  qui la qualifie de symétrique, l’activité langagière dépasse le cadre interactionnel d’humain à humain et se conçoit dans une vision du contexte élargie :

La linguistique symétrique postule que les unités dites non linguistiques participent pleinement à l’élaboration de la production verbale, au sein d’un continuum entre verbal et non verbal, et non plus d’une opposition. (Paveau 2012 : 57)

Dans la typologie de rapport langage-objet établie par Marie-Anne Paveau, le smartphone relève des outils composites, à la fois linguistiques (de par l’accès qu’il donne aux dictionnaires ou aux grammaires) et discursifs (puisqu’ils permettent de produire des discours). Outil du discours, le smartphone motive l’interaction verbale. Outil technologique, il suscite des discours didactiques et explicatifs, mais aussi des échanges mondains. La preuve en est, les innombrables discussions et débats à son sujet.

 

Références

–         Fontanille J. et Zinna A. (dir.), 2005, Les objets au quotidien, PULIM, Limoges : 11.

–         Gibson J.J. 1977. « The Theory of Affordances » in R. Shaw and J. Brandsford (eds), Perceiving, Acting, and Knowing : Toward and Ecological Psychology : 62-82.

–         Gibson J.J. 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

–         Lestel D., 2009, L’animal est l’avenir de l’homme, conférence en ligne, Les Ernest, Paris [en ligne, consulté le 05-10-12]

–         Morgagni S., 2011, « Repenser la notion d’affordance dans ses dynamiques sémiotiques », in Intellectica [en ligne, consulté le 04-10-12]

–         Paveau M.-A., 2012, « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », in Synergies Pays Riverains de la Baltique n°9 [en ligne, consulté le 04-10-12] : 53-65.

 

Crédit : smartphone, octobre 2012, C. Ruchon

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Sur le vif

4 commentaires pour “ Dialogue tactile avec mon smartphone ”

  1. Laura Goudet le 23/11/2012 à 15:38

    J’ai parfois le souci inverse : je suis *trop* tactile, et j’ai parfois furieusement envie de surligner des mots sur mon écran d’ordinateur d’un simple geste de doigt dessus, sans passer par la case “souris”.

    Sinon, une chose qui, j’espère, t’intéressera : le projet Google Glasses http://www.youtube.com/watch?v=JSnB06um5r4 où l’appendice-prothèse du corps augmente la vue et la vie (si je puis me permettre). J’ai été bluffée par ce prototype–et à mon avis, le passage à ce genre de réalité augmentée sera encore plus difficile que celui de téléphone à téléphone tactile…

    • Catherine Ruchon le 23/11/2012 à 17:00

      Fabuleux, merci Laura ! Nous sommes à l’aube de la vi(e)sion augmentée. Et pour prolonger cette vidéo, voici l’expérience faite à la conférence de Google : “Mercredi soir, Google a présenté toute une série d’innovations lors de sa conférence Google I/O dédiée aux développeurs, et a dévoilé pour la première fois au public ses fameuses lunettes Glass, à travers un grand show hollywoodien qui démontre toute l’importance que Google accorde à son bijou technologique. Des athlètes ont sauté en parachute, atterri sur le toit de l’immeuble où avait lieu la conférence, et ont rejoint la salle en descendant en rappel, le tout filmé et retransmis en direct depuis les lunettes portées par les cascadeurs.” La suite sur http://www.numerama.com/magazine/23033-tout-savoir-sur-les-lunettes-google-glass.html

  2. putod le 11/10/2012 à 9:08

    J’ai +ou- le même sentiments, ayant acheté un smartphone récemment : celui d’être handicapée ! Je jongle donc entre mon vieux telephone et le nouveau, ne souhaitant pas encore faire le deuil du non-tactile. Pour la suite de l’article, plus conceptuel et complexe pour moi, je m’y mettrai à deux fois pour en faire le commentaire.
    Bises
    isa

    • Catherine Ruchon le 11/10/2012 à 11:54

      Comment comment, tu conserves les deux téléphones ? Tactile or not tactile, je constate avec joie que je ne suis pas seule à être torturée par les affres du choix et qu’au moins en ce domaine je suis plus expéditive que toi ! …

Laisser un commentaire

S’abonner à ce carnet

sabonner-Ö-ce-carnet 4

Tweeter


Associations sur l'infertilité

Associations sur la maternité

Associations sur le handicap et la maladie

Bibliothèques


Carnets de recherche