Du constructivisme en littérature à la question épistémologique de la sérendipité

Co-auteure : Marina Krylyschin

 

Vitraux. Par C. Ruchon.

La séance inaugurale du séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes », intitulée « Le donné et le construit : avec Carlo Ginzburg », est ouverte par Bérenger Boulay qui aborde le thème du constructivisme en distinguant un  constructivisme modéré (donnant au lecteur et au commentateur une part active) d’un constructivisme radical (où le commentaire prime sur le texte reçu). Parmi les « modérés », on peut classer Sophie Rabau et Umberto Eco (Interprétation et surinterprétation, 1992). Parmi les « radicaux », on peut compter Stanley Fish qui dans son livre Lire c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives défend l’idée que le texte est un construit et réfute la notion même de « donné » dans le domaine littéraire. Selon lui, les significations relèvent non de lecteurs isolés, mais de  communautés interprétatives.

L’intervention de Béranger Boulay est suivie par celle de l’helléniste Nicolas Bertrand pour qui le donné des textes anciens est déjà une construction. En effet, ils ont été mis en forme par des copistes, ce qui implique des erreurs mais aussi des corrections en vertu des présupposés, des attentes et des connaissances du copiste. Plus encore, les textes dépendent des éditeurs qui ont le pouvoir de publier une version plutôt qu’une autre.

L’intervention de Carlo Ginzburg est centrée sur le thème du hasard et de la sérendipité. Il défend le rôle de la mémoire inconsciente dans la recherche. Il illustre ses réflexions par des anecdotes personnelles sur ses propres recherches sur le catalogue en ligne de la bibliothèque d’Ucla et que l’on peut retrouver dans son article Conversation avec Orion. Pour lui, dit-il avec humour, « trouver ce que l’on cherche, c’est terrible » ! Cependant la recherche ne se fait évidemment pas totalement « au hasard » : c’est nous qui choisissons de réagir à certaines choses et qui intégrons quelque chose qui ne faisait pas partie de l’hypothèse de départ.

Séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes »
Séance du vendredi 12 octobre 2012, 14h30-17h.ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Dussane.
Coordination : Bérenger Boulay.
Intervenants : Nicolas Bertrand, Bérenger Boulay, Carlo Ginzburg.
http://www.fabula.org/actualites/le-donne-et-le-construit-avec-carlo-ginzburg_52713.php

 

Références

– Eco U., 2002 [1992], Interprétation et surinterprétation, puf, Paris.
– Fish S., 2007, Les parairies ordinaires, Coll. Penser/Croiser, trad. Dobenesque E.
– Ginzburg C., 2006, « Conversation avec Orion », Matériaux pour lhistoire de notre temps, 2006/2, n°82 : 129-132. [en ligne] https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-129.htm

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *