Inauguration

Mes recherches portent sur l’expression de la douleur et de l’attachement dans les situations de maternités douloureuses : deuil périnatal, deuil d’enfant, handicap, infertilité, déni de grossesse. Ces maternités mettent en jeu une souffrance éthique, morale, psychologique, émotionnelle, physique. Mon corpus est issu d’ouvrages de témoignage, de conversations sur les forums de l’internet, de lettres d’associations impliqués dans le deuil d’enfant ou le handicap, des ouvrages de littérature enfantine, d’épitaphes. Ma recherche est d’abord lexicale et porte sur les mots qui aident à dire et à vivre la douleur, mais elle est aussi syntaxique et stylistique. Plus largement, elle associe à l’étude du signe linguistique tous les éléments faisant sens notamment par l’étude de photos de tombes où divers objets complètent le message verbal ou se substituent à lui. Je me situe donc dans une approche transdiciplinaire en empruntant à la sémiotique de l’espace, à l’anthropologie,  à la phénoménologie, aux neuro-sciences… Ces différentes approches viendront enrichir la réflexion linguistique. Elles aideront à mieux mettre en perspective la complexité du ressenti de la douleur (par les êtres souffrants et par les témoins), sa mise en mots et leurs effets sur soi (sentiment d’existence, construction identitaire) et sur le monde (prise en compte de la douleur, prise en compte de l’être souffrant). Elles permettront de poser la question du sens, de comprendre le passage de la stupéfaction à la mise en mots, la signification de cette douleur, le choix des mots pour la dire ou mieux la taire.


4 réflexions au sujet de « Inauguration »

    1. Merci ! Venant de toi, cela me fait chaud au cœur ! C’est drôle, tu m’envoies ce message juste alors que je suis en train de finaliser mon prochain billet…

  1. Chère Catherine,

    Félicitations pour l’ouverture de ton carnet de recherche et bravo pour ce billet inauguratoire qui donne envie de découvrir les futurs billets et la suite de ta recherche.

    Grâce à ce billet, je découvre aussi l’interdisciplinarité de l’approche que tu adoptes pour étudier des phénomènes lexicaux, voire phraséologiques exprimant le deuil maternel. Même si je ne suis pas expert dans la matière, je pense que les sentiments ne peuvent pas être expliqués que sur le simple plan discursif, en raison de leur forte charge émotionnelle souvent liée à un vécu, à des traumatismes et à des endroits.

    C’est avec grand intérêt que je suivrai l’actualité de ton carnet de recherche, d’autant plus que celui-ci entrera dans la constitution de mon corpus d’études pour mes recherches. 🙂

    1. Merci pour ton chaleureux commentaire. Mon corpus met en lumière des réponses lexicales à la douleur d’une situation. Phrasèmes, concaténation ou encore réduplication syllabique en sont quelques illustrations. Les mots sont une matière que les locuteurs manipulent, modèlent et transforment. Au-delà de la forme qu’ils revêtent, il reste à comprendre en quoi l’utilisation de cette matière linguistique peut apporter une aide antalgique, en quoi ces formes sont le lieu d’une expression de soi. J’espère développer ce point dans les mois à venir, et contribuer ainsi à la constitution de ton corpus d’étude ! En attendant, j’attends impatiemment la liste des « 10 bonnes raisons pour tenir un carnet de recherche » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *