Identité(s) : Construction et reconstruction dans le discours

Visuel colloqueCompte-rendu du  colloque international et transdisciplinaire sur l’identité. Amiens, 2 et 3 avril 2013.

Initiées par Pascaline Lefort, ces journées ont été organisées par le CURAPP (Centre Universitaire de recherches sur l’Action Publique et le Politique)-ESS UMR 7319. Elles se sont déroulées dans le cadre de l’Université de Picardie Jules Vernes, non loin de la cathédrale d’Amiens, l’une des plus vastes églises gothiques classiques du XIIIe siècle.

La transdisciplinarité mène à des rencontres imprévues, celle d’un jeune breton passionné d’identité numérique, de gaélique et de brittonique, ou celle d’une spécialiste en droit vêtue de rouge vermillon à l’humour exubérant. Cela mène aussi à des croisements inattendus et à une pluralité de définitions où l’objet du colloque, l’identité, révèle toute sa complexité et sa résistance aux définitions figées.

Lors de ce colloque, l’identité a été travaillée sous différentes facettes :

–  Identité linguistique : la construction identitaire et la légitimation linguistique par Malo Morvan, doctorant en sciences du langage ; l’acculturation des Turcs vivant en France selon le sociolinguiste Mehmet-Ali Akinci; l’idéalisation de la culture d’origine chez les couples mixtes Franco-espagnol vivant à Paris par la doctorante en sociolinguistique Isabelle Rodin ; la non-reconnaissance des identités multilingues dans les politiques d’enseignement des langues en dépit du topos valorisant la diversité linguistique par Nuria Garcia, doctorante en sciences politique,

–  Identité nationale, identité mémorielle : le rappel historique du spécialiste de science politique Vincent Martigny sur l’introduction du syntagme « identité nationale » par le parti socialiste dans les années 70 ; le passage de l’identité personnelle à l’identité nationale et l’exemple d’un storytelling efficace, celui du discours de Barack Obama, donné par Raphaële Galmisch, doctorante en communication politique ; la construction d’une mémoire exemplaire et officielle véhiculée par un musée national au Chili selon Malena Bastias, étudiante en médiation culturelle ;  les dynamiques mémorielles à l’œuvre dans les discours sur la déportation des homosexuels par Sam Seydieh, doctorant en sociologie,

–  Identité communautaire et  professionnelle : le discours des entrepreneurs sur la plateforme LinkedIn dans un contexte de crise grecque par Angeliki Koukoutsaki-Monnier, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication ; la dénomination « métiers d’art » et ses représentations par la sociologue Anne Jourdain ; l’identité professionnelle des journalistes vue comme une construction discursive par Magali Prodhomme, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication,

–  Identité  narrative : la reconstruction identitaire au travers du récit d’un homme mutilé socialement et physiquement par la doctorante en anthropologie Mélanie Duclos,

–  Identité numérique (au sens de l’internet) : avec ma propre intervention sur les auto-désignations (pseudonymes et autres) dans un contexte de deuil (que je présenterai très prochainement sur ce carnet).

Je ne présente ici que les communications auxquelles j’ai assisté, mais d’autres aspects de l’identité ont été traités lors d’ateliers parallèles, en particulier l’identité collective, nationale ou ethnique (par Francis Luong, Camila Areas, Lionel Baixas, Guillaume Coton, Romuald Coussot, Carolina Assuncao e Alves…).

Crise grecque, pluralité linguistique bretonne, élections présidentielles américaines, les contextes de construction identitaire sont tout aussi multiples que les définitions du concept. Pour paraphraser le titre du dernier ouvrage du philosophe Vincent Descombes, « Les embarras de l’identité« , nous voici bien embarrassés par ce concept aux entrées multiples. Lors d’une interview en janvier dernier, Vincent descombes montre comment s’est fait historiquement le passage de l’identité personnelle (inaugurée par le psychanalyste Erikson) à l’identité collective, autrement dit le passage du « qui suis-je ? » au « qui sommes-nous ? ». On constate la prédominance des approches sociolinguistiques lorsque l’on traite la question de l’identité. Au final, une première réponse est peut-être donnée à ce colloque par Samira Ibnelkaïd, doctorante en sciences du langage : il y aurait une identité « solide », figée dans les représentations (norme prescriptive) et une identité « liquide », contextuelle (norme minimale). Et il est parfois difficile en tant que chercheurs de s’extraire  de cette identité solide et d’une vision ethnocentrée.

Pour citer ce billet. Ruchon C., 23 avril 2013, « Compte-rendu du colloque Identité(s) : Construction et reconstruction dans le discours« , Mater dolorosa [Carnet de recherche], http://materdolorosa.hypotheses.org/562, consulté le …

 

Du constructivisme en littérature à la question épistémologique de la sérendipité

Co-auteure : Marina Krylyschin

 

Vitraux. Par C. Ruchon.

La séance inaugurale du séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes », intitulée « Le donné et le construit : avec Carlo Ginzburg », est ouverte par Bérenger Boulay qui aborde le thème du constructivisme en distinguant un  constructivisme modéré (donnant au lecteur et au commentateur une part active) d’un constructivisme radical (où le commentaire prime sur le texte reçu). Parmi les « modérés », on peut classer Sophie Rabau et Umberto Eco (Interprétation et surinterprétation, 1992). Parmi les « radicaux », on peut compter Stanley Fish qui dans son livre Lire c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives défend l’idée que le texte est un construit et réfute la notion même de « donné » dans le domaine littéraire. Selon lui, les significations relèvent non de lecteurs isolés, mais de  communautés interprétatives.

L’intervention de Béranger Boulay est suivie par celle de l’helléniste Nicolas Bertrand pour qui le donné des textes anciens est déjà une construction. En effet, ils ont été mis en forme par des copistes, ce qui implique des erreurs mais aussi des corrections en vertu des présupposés, des attentes et des connaissances du copiste. Plus encore, les textes dépendent des éditeurs qui ont le pouvoir de publier une version plutôt qu’une autre.

L’intervention de Carlo Ginzburg est centrée sur le thème du hasard et de la sérendipité. Il défend le rôle de la mémoire inconsciente dans la recherche. Il illustre ses réflexions par des anecdotes personnelles sur ses propres recherches sur le catalogue en ligne de la bibliothèque d’Ucla et que l’on peut retrouver dans son article Conversation avec Orion. Pour lui, dit-il avec humour, « trouver ce que l’on cherche, c’est terrible » ! Cependant la recherche ne se fait évidemment pas totalement « au hasard » : c’est nous qui choisissons de réagir à certaines choses et qui intégrons quelque chose qui ne faisait pas partie de l’hypothèse de départ.

Séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes »
Séance du vendredi 12 octobre 2012, 14h30-17h.ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Dussane.
Coordination : Bérenger Boulay.
Intervenants : Nicolas Bertrand, Bérenger Boulay, Carlo Ginzburg.
http://www.fabula.org/actualites/le-donne-et-le-construit-avec-carlo-ginzburg_52713.php

 

Références

– Eco U., 2002 [1992], Interprétation et surinterprétation, puf, Paris.
– Fish S., 2007, Les parairies ordinaires, Coll. Penser/Croiser, trad. Dobenesque E.
– Ginzburg C., 2006, « Conversation avec Orion », Matériaux pour lhistoire de notre temps, 2006/2, n°82 : 129-132. [en ligne] https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-129.htm