Inauguration

Mes recherches portent sur l’expression de la douleur et de l’attachement dans les situations de maternités douloureuses : deuil périnatal, deuil d’enfant, handicap, infertilité, déni de grossesse. Ces maternités mettent en jeu une souffrance éthique, morale, psychologique, émotionnelle, physique. Mon corpus est issu d’ouvrages de témoignage, de conversations sur les forums de l’internet, de lettres d’associations impliqués dans le deuil d’enfant ou le handicap, des ouvrages de littérature enfantine, d’épitaphes. Ma recherche est d’abord lexicale et porte sur les mots qui aident à dire et à vivre la douleur, mais elle est aussi syntaxique et stylistique. Plus largement, elle associe à l’étude du signe linguistique tous les éléments faisant sens notamment par l’étude de photos de tombes où divers objets complètent le message verbal ou se substituent à lui. Je me situe donc dans une approche transdiciplinaire en empruntant à la sémiotique de l’espace, à l’anthropologie,  à la phénoménologie, aux neuro-sciences… Ces différentes approches viendront enrichir la réflexion linguistique. Elles aideront à mieux mettre en perspective la complexité du ressenti de la douleur (par les êtres souffrants et par les témoins), sa mise en mots et leurs effets sur soi (sentiment d’existence, construction identitaire) et sur le monde (prise en compte de la douleur, prise en compte de l’être souffrant). Elles permettront de poser la question du sens, de comprendre le passage de la stupéfaction à la mise en mots, la signification de cette douleur, le choix des mots pour la dire ou mieux la taire.