Du constructivisme en littérature à la question épistémologique de la sérendipité

Co-auteure : Marina Krylyschin

 

Vitraux. Par C. Ruchon.

La séance inaugurale du séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes », intitulée « Le donné et le construit : avec Carlo Ginzburg », est ouverte par Bérenger Boulay qui aborde le thème du constructivisme en distinguant un  constructivisme modéré (donnant au lecteur et au commentateur une part active) d’un constructivisme radical (où le commentaire prime sur le texte reçu). Parmi les « modérés », on peut classer Sophie Rabau et Umberto Eco (Interprétation et surinterprétation, 1992). Parmi les « radicaux », on peut compter Stanley Fish qui dans son livre Lire c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives défend l’idée que le texte est un construit et réfute la notion même de « donné » dans le domaine littéraire. Selon lui, les significations relèvent non de lecteurs isolés, mais de  communautés interprétatives.

L’intervention de Béranger Boulay est suivie par celle de l’helléniste Nicolas Bertrand pour qui le donné des textes anciens est déjà une construction. En effet, ils ont été mis en forme par des copistes, ce qui implique des erreurs mais aussi des corrections en vertu des présupposés, des attentes et des connaissances du copiste. Plus encore, les textes dépendent des éditeurs qui ont le pouvoir de publier une version plutôt qu’une autre.

L’intervention de Carlo Ginzburg est centrée sur le thème du hasard et de la sérendipité. Il défend le rôle de la mémoire inconsciente dans la recherche. Il illustre ses réflexions par des anecdotes personnelles sur ses propres recherches sur le catalogue en ligne de la bibliothèque d’Ucla et que l’on peut retrouver dans son article Conversation avec Orion. Pour lui, dit-il avec humour, « trouver ce que l’on cherche, c’est terrible » ! Cependant la recherche ne se fait évidemment pas totalement « au hasard » : c’est nous qui choisissons de réagir à certaines choses et qui intégrons quelque chose qui ne faisait pas partie de l’hypothèse de départ.

Séminaire « Anachronies : textes anciens et théories modernes »
Séance du vendredi 12 octobre 2012, 14h30-17h.ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Dussane.
Coordination : Bérenger Boulay.
Intervenants : Nicolas Bertrand, Bérenger Boulay, Carlo Ginzburg.
http://www.fabula.org/actualites/le-donne-et-le-construit-avec-carlo-ginzburg_52713.php

 

Références

– Eco U., 2002 [1992], Interprétation et surinterprétation, puf, Paris.
– Fish S., 2007, Les parairies ordinaires, Coll. Penser/Croiser, trad. Dobenesque E.
– Ginzburg C., 2006, « Conversation avec Orion », Matériaux pour lhistoire de notre temps, 2006/2, n°82 : 129-132. [en ligne] https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-129.htm

 

 

Dialogue tactile avec mon smartphone

 

M’enhardissant sur la voie technologique, me voici équipée d’un très élégant smartphone violet. Le monde tactile s’ouvre à moi. Cela fait maintenant quelques années que j’observe furtivement mes voisins de métro manipuler ce type d’objet, je devrais facilement comprendre sa logique.

Ayant perdu quelques contacts dans le transfert de la carte SIM, je décide de les réintégrer. Je trouve sans peine la commande des contacts (une icône représentant une tête humaine doublée d’un message textuel Contacts), celle qui permet d’ajouter un nouveau contact (un petit + à droite de l’écran), mais voilà, je n’ai pas de clavier ! Dans ma tête défilent les images du film Les dieux sont tombés sur la tête, lorsque le Bochiman Xhixho reçoit sur la tête une canette de coca-cola.

Fine mouche, je résous l’énigme posée par mon smartphone. En fait, je cherchais une commande textuelle : la solution est ailleurs que dans un lexème ! Suis-je distraite, mon outil est de l’ère du « tactile ». Je fais donc enfin le bon geste et j’effleure la case nom : le clavier apparaît. Loin d’être inanimé, mon smartphone est un objet réactif.

Le lendemain, l’outil me pose une second énigme : je veux envoyer un SMS en passant par mon carnet d’adresses mais ne vois que deux commandes s’offrir à moi : « Appeler le mobile » et « Envoyer E-Mail mobile ». Rien pour les SMS et autres textos. Cette fois, je fais l’erreur inverse, je cherche une commande tactile alors qu’en fait le menu principal comporte une icône avec un message textuel « SMS/MMS » (en sus de la bulle de parole).

De ces deux énigmes, je tire trois conclusions :

– Le conditionnement textuel ne s’efface pas en un clic.

– Mes attentes brouillent ma perception.

– Une affordance réussie nécessite une pratique qui engage mon corps, ou plus exactement, qui lui demande des gestes autres que scripturaux, notamment visuels (requérant donc mes capacités de perception) ou tactiles.

Selon la théorie des affordances élaborée par le psychologue James Jerome Gibson, une affordance correspond aux informations sur les possibilités d’actions. Elle s’entend comme « une manifestation d’une certaine disponibilité à l’action » (Morgagni 2011 : 2).  Ainsi l’affordance s’articule entre les informations et les capacités. Le smartphone devient un objet du quotidien. Mais seule la pratique me donnera la compétence de l’outil. Une carte postale m’envoie des instructions que je sais décoder : ici s’écrit l’adresse de l’expéditeur, là se colle le timbre. Il en est de même d’un timbre prédécoupé qui afforde d’être décollé et recollé. Mon environnement objectal conditionne dans une certaine mesure ma façon de penser, d’écrire ou de communiquer, mais aussi mon comportement et ma gestuelle. La pensée n’est pas centrée dans le cerveau, elle est aussi manuelle, corporelle. Dans Les objets au quotidien, Jacques Fontanille et Alessandro Zinna parlent de « prothèses technologiques » : les objets tels que les ordinateurs ou les téléphones portables sont autant d’ « appendices ou de prothèses qui prolongent et amplifient les potentialités ou les capacités communicatives du corps ». J’ai envie d’aller plus loin et de suivre Dominique Lestel lorsqu’il accorde aux artefacts comme l’e-pod le statut d’un interlocuteur. Plus qu’une prothèse, le smartphone est un interlocuteur qui m’interroge, me répond, me contredit, en ne me répondant pas (commande inopérante) ou m’approuve, en exécutant la commande. Dans cette perspective, explorée par la linguiste Marie-Anne Paveau  qui la qualifie de symétrique, l’activité langagière dépasse le cadre interactionnel d’humain à humain et se conçoit dans une vision du contexte élargie :

La linguistique symétrique postule que les unités dites non linguistiques participent pleinement à l’élaboration de la production verbale, au sein d’un continuum entre verbal et non verbal, et non plus d’une opposition. (Paveau 2012 : 57)

Dans la typologie de rapport langage-objet établie par Marie-Anne Paveau, le smartphone relève des outils composites, à la fois linguistiques (de par l’accès qu’il donne aux dictionnaires ou aux grammaires) et discursifs (puisqu’ils permettent de produire des discours). Outil du discours, le smartphone motive l’interaction verbale. Outil technologique, il suscite des discours didactiques et explicatifs, mais aussi des échanges mondains. La preuve en est, les innombrables discussions et débats à son sujet.

 

Références

–         Fontanille J. et Zinna A. (dir.), 2005, Les objets au quotidien, PULIM, Limoges : 11.

–         Gibson J.J. 1977. « The Theory of Affordances » in R. Shaw and J. Brandsford (eds), Perceiving, Acting, and Knowing : Toward and Ecological Psychology : 62-82.

–         Gibson J.J. 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

–         Lestel D., 2009, L’animal est l’avenir de l’homme, conférence en ligne, Les Ernest, Paris [en ligne, consulté le 05-10-12]

–         Morgagni S., 2011, « Repenser la notion d’affordance dans ses dynamiques sémiotiques », in Intellectica [en ligne, consulté le 04-10-12]

–         Paveau M.-A., 2012, « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », in Synergies Pays Riverains de la Baltique n°9 [en ligne, consulté le 04-10-12] : 53-65.

 

Crédit : smartphone, octobre 2012, C. Ruchon