Typographie et « Confusion »

 

Usage et mention : ces catégories sont familières aux linguistes. Celle de l’usage concerne l’énoncé ordinaire que rien visuellement ne distingue, ni italique, ni guillemet. Les signes semblent s’effacer derrière la toute puissance du signifié. Mais lorsque  le mot se densifie, qu’il devient sujet du discours, qu’il est montré, on parle alors d’un emploi en mention. Nous voici dans le métalangage et dans le domaine de l’autonyme découvert en 1934 par le logicien Rudolf Carnap, parcouru par Josette Rey-Debove et longuement exploré par la linguiste Jacqueline Authier-Revuz. Nous devons cette dichotomie usage/mention (use/mention) au philosophe américain Willard Van Orman Quine qui la présenta dans Mathematical Logic en 1940. A chacune de ces catégories correspondent souvent des règles typographiques, qui soulignent la dextérité du scripteur à jongler avec elles. Je croyais savoir glisser avec aisance de l’une à l’autre. Pourtant, lors d’une séance de travail avec ma directrice de recherche, celle-ci relève les placements hasardeux de l’italique et de guillemets dans un article que je lui soumettais. Il y est question de nomination, d’identité numérique et de pseudonymes. Tout y semble cohérent, les tirets sont à leur place, les titres et les sous-titres sont impeccablement mis en forme. Mais… du côté des italiques et des guillemets règne une grande confusion. L’italique s’incline sans se rebiffer devant les robustes guillemets qui viennent malencontreusement encadrer les désignations analysées. Un peu penaud, il revient en force sur des prénoms employés en usage ou pire, sur des discours rapportés. Fine mouche, ma directrice analyse cette inconséquence. Ne serait-ce pas la trace d’un conflit entre ma pratique journalistique et la norme universitaire ? L’hypothèse me trouble. J’aime mon métier de journaliste. Mais je délaisse peu à peu la presse pour les sphères universitaires. J’avance hésitante sur une passerelle entre deux mondes. Comment bien placer les guillemets dans ces conditions ? Je perds l’équilibre, les signes m’échappent et les styles typographiques n’en font qu’à leur tête. Cette confusion m’ouvre les yeux sur le conflit qui m’agite et crée ces remous typographiques. Quand les faits de réflexivité langagière, et la capacité du langage à se prendre lui-même pour objet,  amènent à des retours instructifs sur soi-même…

 

Références bibliographiques

 – Authier-Revuz Jacqueline, 2003, « Le fait autonymique : langage, langue, discours – quelques repères », dans Authier-Revuz Jacqueline, Doury Marianne, Reboul-Touré Sandrine, Parler des mots: le fait autonymique en discours, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle : 67-96.

– Carnap Rudolf, 1937 [1934], The Logical Syntax of Language, trad. Smeaton Amethe, London, Routledge & Kegan Paul.

– Quine Willan Van Orman, 2009 [1940], Mathematical Logic, Cambridge, Harvard University Press.

– Rey-Debove Josette, 1978, Le Métalangage. Etude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert, coll. L’ordre des mots.

 

Pour citer ce billet : Ruchon C.,  17 septembre 2013, “Typographie et « Confusion »”, Mater dolorosa [Carnet de recherche], http://materdolorosa.hypotheses.org/?p=613, consulté le…