Parution : Vagabondes. Les écoles de préservation pour les jeunes filles

Vagabondes. Les écoles de préservation pour les jeunes filles, photographies du studio Henri Manuel, texte de Sophie Mendelsohn, L’Arachnéen, 2015, 176 p.

L’ouvrage porte sur le phénomène mal connu des « écoles de préservation pour les jeunes filles » ; il se compose d’un corpus de 65 photographies inédites prises par le studio Henri Manuel dans les prisons et maisons de correction de l’administration pénitentiaire française entre 1929 et 1931. Il s’agit d’une commande passée par le ministère de la Justice de l’époque au studio d’Henri Manuel. Une partie de ce fonds est consacré aux établissements publics laïcs pour mineures, situés à Cadillac (Gironde), Doullens (Somme), Clermont (Oise), et auxquels l’administration a donné le nom significatif d’« écoles de préservation pour les jeunes filles ». Le texte de Sophie Mendelsohn replace le reportage du studio Manuel dans le contexte historique de l’époque.

Le destin de ces filles et de ces écoles est restée dans l’ombre. L’histoire de la délinquance est masculine, elle concerne les garçons et fut écrite par des hommes (les analyses de Michelle Perrot – à la différence des textes de Jean Genet ou de l’archéologie produite par Michel Foucault – n’ont pas cherché à construire une figure, voire un mythe, de «la» délinquante). Le premier objet de Vagabondes est donc de révéler ces images et l’existence, dans les années 1930, de ces lieux où furent détenues des filles après avoir été arrêtées, emprisonnées et jugées “sans discernement” pour des délits dont le principal était celui de vagabondage, euphémisme qui dissimule mal le soupçon de prostitution, avec les peurs du corps féminin et des “classes dangereuses” qui l’accompagnent. Les cas d’infanticides existaient : leur description dénonce le contexte de la misère sociale et familiale autant que la folie du crime.

La mise en scène de chaque image apparente clairement la commande à un projet de propagande, en un temps où les révoltes des “bagnes d’enfants” se précisent (celle, fameuse, de la colonie pénitentiaire pour garçons de Belle-Île-en-Mer, date de 1934, anticipant de quelques mois celle de Clermont dont témoignent les documents de la fin du livre).

L’idéologie qui préside à la commande et à la réalisation des images (le relèvement des filles par une éducation paternaliste fondée sur la morale de l’hygiène et du travail) n’oblitère curieusement pas la force des images, voire l’émotion qui se dégage de certaines d’entre elles. L’ouvrage se complète de documents d’archives qui témoignent autrement de la condition de détention et de “rééducation” des pupilles.

L’ouvrage se compose de deux parties. La première partie délivre des ébauches de récits. À chaque séquence d’images sont associés des documents d’archives qui, transcrits, composés comme des pages de texte, et mis en relation avec des photographies choisies pour la manière dont à leur tout elles résonnent avec le texte, produisent des récits inventés mais vraisemblables. La deuxième partie, intitulée « Archives », présente les documents administratifs, bruts, reproduits en fac-similé, classés par pupille et par ordre chronologique. Ces documents d’archives présentent des situations qui ne figurent pas dans la première partie : une décision d’expulsion d’une pupille du territoire français (finalement annulée), des descriptions d’infanticide, des propositions d’internement en hôpital psychiatrique, des demandes en mariage qui appellent une nouvelle inquisition de la situation du “pétitionnaire”…

L’école de Cadillac a fermé en 1952 après l’échec de projets de réforme et deux suicides de pupilles. Doullens est redevenue après la guerre une prison pour femmes (et l’est restée jusqu’en 1959). Clermont a fermé entre 1940 et 1942, et les pupilles furent transférées à la maison d’arrêt de Rennes.

[Extraits de la note de l’éditrice, Sandra Alvarez de Toledo : http://www.editions-arachneen.fr/?p=4117]