« Moi qui n’ai pas connu Jean Peytard»

Colloque Syntagmes et Entailles

Assise sagement dans ma rangée, dans le cocon d’une salle de conférence nichée dans les murs épais du fort de Besançon, j’écoute Marie-Françoise Mortureux présenter les modifications opérées entre 1984 et 1993 par Jean Peytard sur son célèbre diagramme de l’altération, concept clé du sémiologue. Je suis au colloque Syntagmes et Entailles, consacré à Jean Peytard, linguiste de l’oral et sémioticien de la littérature. Dans cette salle au plafond haut se crée une connivence entre les participants qui se rangent en deux catégories : ceux qui ont connu Jean Peytard (ses anciens doctorants comme Laurence Maurel ou Daniel Jacobi, sa fille Monique Lebré, ses collègues) et ceux qui ne l’ont pas connu. Moi qui ne l’ai pas connu, je me sens invitée, portée par les témoignages, dans le monde de l’homme et du penseur. Un peu comme quand on lit une biographie, ou mieux, comme si on vous la lisait. La paraphrase théorique semble bannie, seule la citation est acceptée. Le textuel devient parole vivante par la grâce du témoignage.  Une hétéroreformulation et un transcodage chers au penseur, lui qui montra dans un texte inédit jusqu’alors, Ecouter/lire Pierre-Jakez Hélias, comment le mouvement d’altération « transcode l’oral en scriptural et une langue étrangère en une autre ». Cette dynamique des altérations de la discursivité donne un sens particulier à ce colloque. Le partage de moments vécus dessine peu à peu le portrait d’un passionné que l’on aurait aimé avoir connu, ouvert à toutes les approches, de la littérature et la didactique jusqu’à l’infocom. Ce colloque, c’est aussi, pour reprendre les mots de Marie-Anne Paveau, une plongée dans l’histoire de l’analyse du discours.