Mater dolorosa et mater orba, les mères oubliées

Après avoir présenté la figure de la mater dolorosa (voir mon précédent billet), je m’attacherai aujourd’hui plus spécifiquement aux emplois actuels de l’expression et aux possibilités offertes par le lexique pour désigner la mère en deuil. Revenons sur la désignation mater dolorosa. Celle-ci a été mise en sommeil et n’apparaît plus que dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’iconographie religieuse. On peut s’interroger sur les raisons de ce que j’ai appelé un « effacement lexical ». J’emploie cette expression non dans le contexte restreint de la syntaxe (ellipse) mais dans un contexte plus large qui intègre une vision diachronique de l’emploi des mots. L’expression Mater dolorosa est en effet tombée en désuétude dans le langage courant, alors qu’elle désignait une figure très forte. Est-ce parce qu’elle appartient aux domaines réservés de la religion et de l’art qu’elle ne peut plus désigner qu’une icône, qu’un symbole, et non plus une catégorie du réel ? Son abandon peut aussi être l’indice d’une volonté de ne pas voir, de masquer, une réalité qui dérange. D’autres signes semblent conforter cette hypothèse, notamment l’évincement d’expressions équivalentes, comme mater orba, qui désignait spécifiquement la mère en deuil et qui a totalement disparu du lexique. On pourrait opposer l’argument du manque de modernisme de ces expressions latines, mais celui-ci ne tient pas devant l’exemple d’autres locutions, entrées dans le langage courant : carpe diem (mantra du film sorti en 1989 « Le cercle des poètes disparus », et nom commercial d’un champagne), mea culpa, ad vitam aeternam, casus belli, alter ego

La destinée terminologique de mater dolorosa

J’ai montré dans mon précédent billet que mater dolorosa apparaissait dans des situations discursives associées à la guerre. En situation de paix, l’expression semble perdre la particularité sémique de « deuil ». Reste celle du sacrifice, au travers de l’image de mères en souffrance, mais non en deuil. Déjà, en 1917, le film d’Abel Gance, Mater dolorosa, ne mettait pas en scène un deuil mais une femme soupçonnée d’infidélité et séparée de son enfant par le mari jaloux. Plus récemment, l’article de Rue89, « Les « mères seules », de la mater dolorosa à la famille dangereuse »  (2 novembre 2011) porte sur la condition difficile des mères célibataires et actives. Il s’agit d’une occurrence orpheline, mater dolorosa n’apparaissant que dans le titre. N’y est activée que la signification lexicale de « dolorosa », sans lien avec le passé discursif de l’expression. On ne retrouve dans l’article aucune des caractéristiques d’une mater dolorosa, à l’exception du sème « courage » que véhicule la désignation de celle qui soutint son fils au pied de la croix et qu’illustre ce sous-titre : « Mère seule = courage ; père absent = lâche ». Les mères souffrent non plus de la perte de leur enfant, mais d’un contexte social qui les opprime. En perdant le sème du deuil, l’expression mater dolorosa ne peut plus servir à désigner les mères endeuillées.

Le mot mater est pourtant toujours productif dans diverses parties du monde. En effet, lexicalement, mater dolorosa peut être considéré comme un semi phrasème[1] dont le mot clé est mater ; ce dernier s’accompagne toujours d’un élément le qualifiant. Citons par exemple alma mater (littéralement mère nourricière), employé dans les pays anglophones pour désigner l’établissement où une personne a fait ses études ainsi que les hymnes universitaires américains. Le mot mater conserve une affinité sémantique avec le domaine du deuil dans l’expression mater orphanorum (mère des orphelins). Cette expression a pour référent des associations religieuses dédiées aux orphelins, pour exemples : la Congrégation des Oblates Mater Orphanarum, créée en Italie en 1945 ou bien encore l’association Mater Orphanorum Servants of the Poor, créée aux Philippines en 1998. Cependant, en dépit du caractère productif de mater, aucune autre expression n’a été créée avec ce mot pour désigner spécifiquement la mère ou le parent endeuillé.

Le parcours terminologique du semi phrasème mater dolorosa montre aussi que l’expression peut aujourd’hui être transformée et déformée comme dans ce titre d’ouvrage, « Mistero Doloroso », novella posthume écrite dans les années 1970 par Anna Maria Ortese qui explore le sentiment amoureux entre un prince et une jeune roturière dans l’Italie francophone de la fin du XVIIIe siècle. Dans cette expression détournée s’effacent non seulement le sème de deuil mais aussi l’image de la mère puisque l’italien mistero se traduit par « mystère ». Le jeu de mot opéré sur mater/mistero souligne à quel point l’expression mater dolorosa a perdu au XXe siècle sa force dramatique.

Mater orba, une disparition lexicale à part entière

Si mater dolorosa est protégé de l’oubli lexical par ses emplois en histoire de l’art, d’autres mots désignant spécifiquement la mère ayant perdu son enfant ont eux totalement disparu de la langue. Yvonne Cazal, spécialiste en linguistique médiévale, rappelle que le grec ancien et le latin disposaient de mots pour décrire celle dont l’enfant est mort. Le substantif grec orphaneia désigne « le fait de perdre son enfant » ; il est construit sur l’adjectif orphanè, lequel s’applique à l’enfant ayant perdu ses parents mais aussi aux parents ayant perdu leur enfant. D’autre part, le participe passé latin orbatus est dérivé de l’adjectif orbus que Félix Gaffiot traduit par « privé d’un membre de sa famille », lequel peut être un parent mais aussi un enfant. Ce mot a permis en latin chrétien un passage au générique par les expressions mater orba/mater orbata qui qualifient la mère dont l’enfant est mort. Cependant, non seulement orbus a disparu au moment du passage aux langues romanes, mais il n’a pas réapparu et n’a pas été remplacé en dépit d’un contexte littéraire où s’épanouit en ancien français un genre de la mère devant son fils agonisant puis mort[2], « sans que jamais on ne passe du type littéraire à la catégorie linguistique » (Cazal 2009a : 243). Ce goût littéraire persiste jusqu’au XVe siècle sans que l’abondance de discours sur la mère en deuil ne génère un mot nouveau qui contiendrait le concept en question. Quant à orphelin, il a perdu le sens général de « privé de » qui permettait de l’employer dans différents contextes pour se spécialiser et ne plus désigner que l’enfant privé de ses parents.

Ainsi, l’aspect social de la mère en deuil, pris en compte avec mater orba, a été effacé avec l’expression qui la désignait, tandis que mater dolorosa, qui s’intéresse davantage à un sentiment intérieur, a eu un parcours terminologique plus long, et peut encore donner lieu à des occurrences, fussent-elles très éloignées de son sens premier de Pieta. Sans s’être imposé dans le « langage populaire », elle appartient à notre héritage culturel. Cependant aucune des deux expressions ne permettent aujourd’hui de remédier à l’absence de mot pour la mère ayant perdu son enfant. La langue ne nous offre aujourd’hui que des paraphrases encombrées de prédicats et de compléments pour définir celle « qui a perdu son enfant », « la mère dont l’enfant est mort », « la mère privée de son enfant ». L’expression « mère endeuillée » que j’ai souvent employée dans mon premier billet n’est pas non plus une désignation lexicalisée. Il n’y a pas eu « un » mot pour définir la mère endeuillée mais « des » mots, dont aucun ne s’est imposé. Ces remarques concernent bien sûr la langue française ; je serais très heureuse que des locuteurs natifs d’autres langues interviennent sur ce point et me signalent l’existence de mots définissant la mère ou le père dont l’enfant est mort. Yvonne Cazal établit une relation causale entre l’absence de mots pour la mère qui a perdu son enfant et la défiance des ecclésiastiques à l’égard d’un deuil trop marqué des mères qui révèlerait un manque de foi et la dénégation de la résurrection : « Il semblerait qu’une telle disparition tient à la réticence de l’Eglise chrétienne face à l’expression du deuil en général, singulièrement de celui des mères, pour lesquelles la figure de la Vierge Marie, mère en deuil d’un fils mort mais ressuscité, est constitué durablement en modèle aussi populaire que théologiquement surveillé. » (Cazal 2009b : 108). Par ailleurs, et cela est notable dès l’Antiquité, « les cités grecques cherchaient à limiter étroitement l’expression de désespoir des mères de combattants tués au combat » qui menaçait les intérêts de la cité. Chez les ecclésiastiques comme chez les politiques, la mère doit donc sortir glorifiée et apaisée du martyre de ses fils qui par la mort accèdent à la vie éternelle et contribuent à la gloire de Dieu et de la nation. L’absence et la disparition de mot pour désigner l’état de parent endeuillé, qu’il soit purement descriptif (mater orba) ou qu’il traduise un état émotionnel (mater dolorosa), révèle le refus de considérer le statut du parent endeuillé et sa douleur. Cela pose évidemment de nombreuses questions sur le plan juridique et éthique. « ll n’existe pas, à notre connaissance, de terme en français pour désigner des parents ayant perdu leur(s) enfant(s) ou pour désigner la perte d’un frère ou d’une soeur. » Ce propos d’un internaute reflète la préoccupation des parents endeuillés qui n’ont pas manqué de noter l’absence de termes adéquats dans la langue pour décrire leur situation mais aussi pour désigner leur enfant décédé. Ils ressentent l’absence de mot comme une véritable lacune lexicale qu’ils évoquent fréquemment sur les forums de l’internet et qu’ils cherchent à combler, revendiquant par le lexique une reconnaissance et un statut.

RÉFÉRENCES

– Cazal Y., 2009a, « Nec jam modo mater, enquête sur une dénomination disparue pour désigner « la mère qui a perdu son enfant », La madre-The mother, Micrologus, Nature, Scienze e Società medievali, XVII, Florence, Edizioni del Galluzo : 235-253.

– Cazal Y., 2009b, « Une lacune qui fait parler : quand le discours spontané sur le lexique s’exerce sur la lacune lexicale : « mère-qui-a-perdu-son-enfant » », Recherches Linguistiques, 30, Achard-Bayle G. et Lecolle M. (éds.), Université Paul Verlaine-Metz : 105-121.

– Cruse D.A., 1986, Lexical Semantics, Cambridge University Press.

– Mel’cuk I., 1988, Dependency Syntax : Theory and Practice, SUNY Press, Albany (NY).

 


[1] En ce qui concerne la phraséologie, je m’appuie sur les travaux de Cruse et de Mel’cuk.

[2] Voir ce qui concerne le planctus dans le billet précédent, « Mater dolorosa, une figure féminine de la douleur »


2 réflexions au sujet de « Mater dolorosa et mater orba, les mères oubliées »

  1. Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    1. Je suis très heureuse de cette nouvelle et vous remercie chaleureusement de votre intérêt. J’ai pu voir mon billet en une et l’illustration en est magnifique. Un grand merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *