Le reconditionné ou le syndrome du vilain petit canard

Seule face à mon écran, sans vendeur enjôleur, je m’apprête à acheter un iPad reconditionné. Cliquant nerveusement sur différents liens, j’essaye de décoder les critères liés au reconditionné. Est-ce le bon choix ? Quelque chose que j’identifie mal me préoccupe.

Re-conditionné. Un mot qui appelle tous les préfixés en re-. Et on pense bien sûr à re-cyclé, relocalisé, reconverti… Nous sommes dans l’ère du re-, du retour, du réflexif. Nous revenons sur nos pensées, sur nos objets. Il y avait le modèle d’exposition, le produit d’occasion, le soldé, le bradé. Il y a aujourd’hui le reconditionné. Quelles conditions nouvelles portent le reconditionné ? Le pire est à craindre. S’il est reconditionné, c’est donc qu’il a été mal conditionné. Un coup d’œil sur le forum des internautes me confirme que je ne suis pas la seule à m’interroger. La question «  Y a-t-il des rayures sur l’écran ou sur la coque ? » est récurrente. La réponse est toujours rassurante, et parfois très précise. On y trouve même la définition du reconditionné :

« Les produits reconditionnés proviennent essentiellement d’excédents d’usine et de retours des distributeurs classiques. 
Il s’agit donc de modèles très récents. Ils ont été entièrement testés, vérifiés, configurés[1]. Ces produits sont en parfait état de fonctionnement, mais sont vendus en tant que produits reconditionnés. Comme ces produits reconditionnés ont été sortis de leurs emballages et manipulés, ils peuvent présenter des défauts esthétiques mineurs, comme des éraflures ou des décolorations.»

Dans un premier temps, cette définition présente l’objet reconditionné comme un produit « en parfait état de fonctionnement » dont le vendeur se porte garant en recourant au lexique du technicien (« testés », « vérifiés », « configurés »). Puis, à la suite du marqueur de concession « mais », elle évoque l’inconvénient posé par le reconfiguré : un défaut esthétique jugé « mineur » et minimisé par une modalité du doute (induite par le verbe « peuvent »).

A en croire ce texte, le produit ne se distingue que par une imperfection esthétique, et non technique. Ce défaut d’aspect est présenté comme la conséquence du déballage. Pour autant, cette définition ne dit rien des raisons pour lesquelles le produit a été déballé (fait introduit par « comme » et ainsi présenté comme une évidence, une généralité sur laquelle il n’y a pas à discuter). De plus, l’offre de vente précise « reconditionné à neuf ». Le mot « neuf » appelle son antonyme « usagé » : il pourrait donc s’agir d’un appareil d’occasion, remis à neuf. Pourtant, ce n’est pas ce que dit la définition : Les produits reconditionnés proviennent essentiellement d’excédents d’usine et de retours des distributeurs classiques.


En dépit de toutes ces craintes, mon iPad arriva, flambant neuf, sans la moindre éraflure. Encouragée, j’achetais un iPod pour ma fille, toujours en reconditionné. Avec moins d’hésitations cette fois. Mais avec toujours ce sentiment que quelque chose m’échappait. Je compris subitement que je me sentais ridiculement fière de mon achat. Mais de quoi ? Peut-être pas seulement d’avoir fait une bonne affaire, mais plutôt une bonne action ? Par cet acte d’achat, je souscris aux valeurs du moment. Je me montre économe et « écolo » en luttant contre le gaspillage. J’entre dans le paradigme des mots en éco-. Il ne s’agit plus d’un « acte d’achat », mais d’un « écogeste ». Le reconditionné offrirait donc une réponse sécurisante au consumérisme qui nous dévore. L’objet pourvu d’un « défaut esthétique majeur ou mineur » se voit décerné une seconde vie. Je suis rassurée de m’associer à cet élan salvateur qui va empêcher le monde d’être envahi d’objets inutiles, refusés pour esthétisme défaillant, et qui permet aux objets-vilain-petit-canard d’être « remis à neuf » ! Avec moi, l’Occident si bien connu pour jeter à tout vent des objets quasi neufs se rachète enfin une conduite par un tout petit mot, reconditionné. Par cet achat anodin, je concours à l’avènement d’un monde juste et écologique. Sans trop prendre de risques, il est vrai. Je veux bien aider à « changer le monde » mais sans rien sacrifier de mon confort, en ayant l’assurance du constructeur que le matériel a été vérifié, contrôlé, dûment estampillé. Comme d’autres « nouveaux consommateurs », je participe avec bonheur au grand mouvement écologique du recyclage ; j’aide les vilains petits canards reconditionnés à rejoindre la portée des canetons normaux. En adhérant au reconditionné, je me « re-valorise », à peu de frais !


[1] Mis en gras par moi-même

 

Crédit photographique : iPad2, Catherine Ruchon, juillet 2012


 


4 réflexions au sujet de « Le reconditionné ou le syndrome du vilain petit canard »

  1. Bonjour,
    Un éco-geste c’est, par exemple, le fait de trier ses déchets et surtout d’en avoir le moins possible, de limiter ses consommations énergétiques (transport, chauffage, électricité…), de privilégier une alimentation locale, sans pesticide, faiblement carnée et la moins transformée possible… Et en matière de consumérisme qui nous dévore, l’éco-geste serait surtout un non-geste : refreiner cet acte d’achat compulsif, dicté par la pub qui nous inonde. Cet acte n’est pas si anodin que ça, si l’on prend le temps de retracer l’histoire du produit : dans quel pays et quelles conditions (droit du travail) a-t-il été fabriqué ? par quels salariés (enfants ?) et pour quel salaire ? a-t-il été réalisé en matériaux recyclables ou recyclés, grâce à une énergie renouvelable et des techniques propres ? sans oublier la pollution due au transport. Bref l’ipad, comme tant d’autres objets, a probablement un bilan carbone qui, de sa conception à sa mise en vitrine, est loin d’être négligeable et dont l’acte d’achat, reconditionné ou pas, ne concourt en aucune façon à l’avènement d’un monde juste et écologique. Ce reconditionnement permet au fabriquant de vendre, avec une marge peut être moins grasse, mais avec marge néanmoins. et le baratin sur le recyclage (dont il n’est aucunement question ici) permet de déculpabiliser l’acheteur, d’endormir et de flatter sa conscience afin de le rendre toujours plus disponible à l’achat.
    Penser pouvoir participer à changer le monde sans rien avoir à sacrifier de son confort est illusoire. Mais cette notion de confort, qui nous est inculquée à grands frais publicitaires (et que nous finançons dans les prix d’achat) n’est-elle pas davantage celle des industriels, dont ils tirent leur profit, que réellement notre propre idée du confort ? Mirage aux alouettes, la vie sera-t-elle plus belle avec tous ces objets dont on a pas toujours une grande utilité et qui nous encombrent ?
    Cordialement, MBouchéras.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Je partage tout à fait votre réflexion sur le lien entre recyclage et déculpabilisation. Le passage à l'(in)action, au non-geste, ne peut se faire que par une prise de conscience des mécanismes qui nous mènent à ces débordements consuméristes.
      Bien cordialement,

    1. Merci à ma chère directrice Marie-Anne Paveau pour l’évocation de mon carnet dans son article sur « Le désert des blogs francophones » que je suis heureuse de peupler et que j’espère voir devenir verdoyant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *