Ça ne se dit pas

Marie Le Galès publie chez Edilivre un ouvrage intitulé Ça ne se dit pas. Il traite d’une question linguistique associée au deuil périnatal : il n’y a pas de mot pour désigner le parent endeuillé. Plus d’information ici.

Résumé

Dans une bouleversante «lettre au monde», Marie Le Galès sollicite différents experts (linguiste, anthropologue, historien…) pour les confronter à une aporie de la langue française : contrairement à la veuve ou à l’orphelin, pour le parent privé de son enfant, «il n’existe pas de mot».

Sa diatribe énonce avec sobriété et une grande sensibilité, la solitude dans laquelle se trouve le « parent orphelin », isolé par cette impossibilité d’exprimer sa «vérité» avec un mot adéquat.

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem : Risk Culture(s), Gender Politics, Techno-Reflexivities

EHESS, 29-30 September 2016
Amphithéâtre François-Furet
105 Boulevard Raspail 75006 Paris

Informations ici

Organisateurs :
Sezin Topçu (CEMS/IMM-CNRS-EHESS)
Ilana Löwy (Cermes3-INSERM-EHESS)

La naissance au risque de la mort D’hier à aujourd’hui 6e colloque de la Société d’Histoire de la Naissance Paris, 17-18 septembre 2016

Colloque de la SHN, 17 et 18 septembre 2016

LA NAISSANCE AU RISQUE DE LA MORT d’hier à aujourd’hui

Le 6e colloque de la Société d’Histoire de la Naissance aura lieu les 17 et 18 septembre 2016, à l’École de puériculture du Bd Brune, Paris 14°, sur le thème : « LA NAISSANCE AU RISQUE DE LA MORT D’HIER À AUJOURD’HUI »

« Qui va à la vie, va à la mort… », ce vieux proverbe exprime bien la redoutable proximité qui existe entre le moment de la naissance et celui de la mort. Autrefois, ce voisinage paradoxal était clairement pressenti et assumé. De nombreux rites, traditions populaires et dictons anciens attestent de la peur de l’enfantement et du danger qu’il fait courir à la mère et à l’enfant. Mort de la mère qui ne verra pas grandir son enfant, mort-né qui n’a pas eu le temps de naître, mort du nouveau-né qui n’a pas eu le temps de vivre.

Comment nos ancêtres préparaient-ils à la maison ce dangereux moment de passage qu’est la naissance ? Comment les familles et les soignants supportaient-ils le deuil d’une mère, d’un bébé ou des deux à la fois, surtout quand il survenait plusieurs jours après l’accouchement, alors qu’on croyait que tout s’était bien passé ? On quantifiera ces morts précoces et on étudiera les conditions dans lesquelles elles ont baissé peu à peu.

Aujourd’hui, cette surmortalité des mères et des nouveau-nés est toujours une réalité dans certains pays en développement. Alors que dans nos maternités modernes, où la médicalisation est censée écarter tout risque fatal, il semble que la possibilité de la mort maternelle, néonatale ou périnatale soit occultée. La lutte des soignants pour faire baisser la mortalité des mères et des nouveau-nés a été un long combat qui a légitimé peu à peu les avancées et les contraintes de la médicalisation de la naissance.

Quand ces morts surgissent aujourd’hui, comment sont-elles gérées par les personnels des maternités naturellement tournés vers la vie ? Comment les proches vivent-ils ces deuils ? Comment les couples endeuillés peuvent- ils se reconstruire, voire envisager de mettre en route une nouvelle grossesse ? Nous reviendrons sur les changements historiques récents qui ont fait peu à peu cesser l’évitement traditionnel et ont permis une prise en charge contenante et chaleureuse par les personnels hospitaliers et aussi par les nouvelles associations d’endeuillés. Il s’agit en effet de réintroduire de l’humanité dans la prise en charge de ces morts peu fréquentes, afin de retisser l’étoffe parentale qui permettra au couple d’aller de l’avant avec les enfants survivants ou avec ceux qui pourraient naître plus tard.

La première journée du colloque sera consacrée à l’histoire des accouchements catastrophes ; le deuxième jour, nous entendrons des témoignages et des analyses de soignants, de psychologues, de sociologues et de parents.

Photo : tombeau d’Ilaria del Carretto sculpté par Jacopo della Quercia (1408), cathédrale de Lucques. Crédit : user : XenXax / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0

Dépliant de présentation à télécharger ICI.

Le programme :

Samedi 17 septembre : AUTREFOIS

9 h – 12 h 45

– « Le délai était absolument mortel » : les comptes-rendus de la mortalité maternelle chez les accoucheurs parisiens du XVIIe siècle (Valérie Worth-Stylianou, historienne). – « On plaide aujourd’huy pour la succession de cet enfant… » : l’enfant mort à la naissance, le médecin et le droit successoral aux XVIIIe et XIXe siècles (Jacques Gélis, historien). – La mort des mères et des nouveau-nés dans les écrits du for privé chez les familles françaises du XVIe au XVIIIe siècles (Elisabeth Arnoul, historienne). – Le deuil des maillots : mortalité des Enfants de France et des princesses à la Cour aux XVIIe et XVIIIe siècles (Pascale Mormiche, historienne).

14h-18h30

– Données démographiques sur les morts maternelles et périnatales dans l’histoire (Catherine Rollet, historienne). – Représentations et vécu des naissances-catastrophes, d’après les ex-voto français et germaniques des XVIIe-XIXe siècles (Marie-France Morel, historienne). – Les sages-femmes du XIXe siècle aux prises avec la mortalité maternelle et périnatale (Nathalie Sage-Pranchère, historienne). – Les accouchements à problèmes à la Maternité de Paris au XIXe siècle, d’après les archives de la collection Varnier (July Bouhallier, anthropologue).

Soirée : Projection du film Genpin (2010) de la cinéaste japonaise Naomi Kawase.

Dimanche 18 septembre : AUJOURD’HUI

9 h- 12 h 45

– La mort des mères et des nouveau-nés au Sahel aujourd’hui (Farida Hammani, sage-femme). – Les soignants face à la mort à la naissance (Claudine Schalck, sage-femme). – Instrumentaliser la mort pour contraindre les vivants dans la gestion des grossesses et des accouchements en milieu hospitalier (Marie-Hélène Lahaye, juriste). – La gestion des morts néonatales et périnatales en milieu hospitalier aujourd’hui (Dominique Memmi, sociologue).

14 h- 17 h 30

– La perte de l’enfant qu’on attendait (Danielle Rapoport, psychologue). – Témoignages de parents (CIANE – Collectif interassociatif autour de la naissance). – Récits de vie, récits de soi liés au deuil et à la souffrance de parents d’enfants décédés (Catherine Ruchon, linguiste). – Première et dernière parure – vêtir les très petits morts aujourd’hui dans les maternités françaises (Catherine Le Grand-Sébille, socio-anthropologue). – Table ronde : témoignages et réflexions de sages-femmes d’aujourd’hui : Willy Belhassen, Jeanne Bethuys, Chantal Birman, Françoise Bourdais, Francine Dauphin, Maï Le Dû, Sylvie Zylka).

Programme complet

Parution : Vagabondes. Les écoles de préservation pour les jeunes filles

Vagabondes. Les écoles de préservation pour les jeunes filles, photographies du studio Henri Manuel, texte de Sophie Mendelsohn, L’Arachnéen, 2015, 176 p.

L’ouvrage porte sur le phénomène mal connu des « écoles de préservation pour les jeunes filles » ; il se compose d’un corpus de 65 photographies inédites prises par le studio Henri Manuel dans les prisons et maisons de correction de l’administration pénitentiaire française entre 1929 et 1931. Il s’agit d’une commande passée par le ministère de la Justice de l’époque au studio d’Henri Manuel. Une partie de ce fonds est consacré aux établissements publics laïcs pour mineures, situés à Cadillac (Gironde), Doullens (Somme), Clermont (Oise), et auxquels l’administration a donné le nom significatif d’« écoles de préservation pour les jeunes filles ». Le texte de Sophie Mendelsohn replace le reportage du studio Manuel dans le contexte historique de l’époque.

Le destin de ces filles et de ces écoles est restée dans l’ombre. L’histoire de la délinquance est masculine, elle concerne les garçons et fut écrite par des hommes (les analyses de Michelle Perrot – à la différence des textes de Jean Genet ou de l’archéologie produite par Michel Foucault – n’ont pas cherché à construire une figure, voire un mythe, de «la» délinquante). Le premier objet de Vagabondes est donc de révéler ces images et l’existence, dans les années 1930, de ces lieux où furent détenues des filles après avoir été arrêtées, emprisonnées et jugées “sans discernement” pour des délits dont le principal était celui de vagabondage, euphémisme qui dissimule mal le soupçon de prostitution, avec les peurs du corps féminin et des “classes dangereuses” qui l’accompagnent. Les cas d’infanticides existaient : leur description dénonce le contexte de la misère sociale et familiale autant que la folie du crime.

La mise en scène de chaque image apparente clairement la commande à un projet de propagande, en un temps où les révoltes des “bagnes d’enfants” se précisent (celle, fameuse, de la colonie pénitentiaire pour garçons de Belle-Île-en-Mer, date de 1934, anticipant de quelques mois celle de Clermont dont témoignent les documents de la fin du livre).

L’idéologie qui préside à la commande et à la réalisation des images (le relèvement des filles par une éducation paternaliste fondée sur la morale de l’hygiène et du travail) n’oblitère curieusement pas la force des images, voire l’émotion qui se dégage de certaines d’entre elles. L’ouvrage se complète de documents d’archives qui témoignent autrement de la condition de détention et de “rééducation” des pupilles.

L’ouvrage se compose de deux parties. La première partie délivre des ébauches de récits. À chaque séquence d’images sont associés des documents d’archives qui, transcrits, composés comme des pages de texte, et mis en relation avec des photographies choisies pour la manière dont à leur tout elles résonnent avec le texte, produisent des récits inventés mais vraisemblables. La deuxième partie, intitulée « Archives », présente les documents administratifs, bruts, reproduits en fac-similé, classés par pupille et par ordre chronologique. Ces documents d’archives présentent des situations qui ne figurent pas dans la première partie : une décision d’expulsion d’une pupille du territoire français (finalement annulée), des descriptions d’infanticide, des propositions d’internement en hôpital psychiatrique, des demandes en mariage qui appellent une nouvelle inquisition de la situation du “pétitionnaire”…

L’école de Cadillac a fermé en 1952 après l’échec de projets de réforme et deux suicides de pupilles. Doullens est redevenue après la guerre une prison pour femmes (et l’est restée jusqu’en 1959). Clermont a fermé entre 1940 et 1942, et les pupilles furent transférées à la maison d’arrêt de Rennes.

[Extraits de la note de l’éditrice, Sandra Alvarez de Toledo : http://www.editions-arachneen.fr/?p=4117]

6° colloque de la Société d’histoire de la naissance

Le 6e colloque de la Société d’Histoire de la Naissance aura lieu les 17 et 18 septembre 2016, à l’École de puériculture du Boulevard Brune, Paris 14°, sur le thème : « LA NAISSANCE AU RISQUE DE LA MORT D’HIER À AUJOURD’HUI »

Renseignements sur http://www.societe-histoire-naissance.fr/spip.php?article101

Typographie et « Confusion »

 

Usage et mention : ces catégories sont familières aux linguistes. Celle de l’usage concerne l’énoncé ordinaire que rien visuellement ne distingue, ni italique, ni guillemet. Les signes semblent s’effacer derrière la toute puissance du signifié. Mais lorsque  le mot se densifie, qu’il devient sujet du discours, qu’il est montré, on parle alors d’un emploi en mention. Nous voici dans le métalangage et dans le domaine de l’autonyme découvert en 1934 par le logicien Rudolf Carnap, parcouru par Josette Rey-Debove et longuement exploré par la linguiste Jacqueline Authier-Revuz. Nous devons cette dichotomie usage/mention (use/mention) au philosophe américain Willard Van Orman Quine qui la présenta dans Mathematical Logic en 1940. A chacune de ces catégories correspondent souvent des règles typographiques, qui soulignent la dextérité du scripteur à jongler avec elles. Je croyais savoir glisser avec aisance de l’une à l’autre. Pourtant, lors d’une séance de travail avec ma directrice de recherche, celle-ci relève les placements hasardeux de l’italique et de guillemets dans un article que je lui soumettais. Il y est question de nomination, d’identité numérique et de pseudonymes. Tout y semble cohérent, les tirets sont à leur place, les titres et les sous-titres sont impeccablement mis en forme. Mais… du côté des italiques et des guillemets règne une grande confusion. L’italique s’incline sans se rebiffer devant les robustes guillemets qui viennent malencontreusement encadrer les désignations analysées. Un peu penaud, il revient en force sur des prénoms employés en usage ou pire, sur des discours rapportés. Fine mouche, ma directrice analyse cette inconséquence. Ne serait-ce pas la trace d’un conflit entre ma pratique journalistique et la norme universitaire ? L’hypothèse me trouble. J’aime mon métier de journaliste. Mais je délaisse peu à peu la presse pour les sphères universitaires. J’avance hésitante sur une passerelle entre deux mondes. Comment bien placer les guillemets dans ces conditions ? Je perds l’équilibre, les signes m’échappent et les styles typographiques n’en font qu’à leur tête. Cette confusion m’ouvre les yeux sur le conflit qui m’agite et crée ces remous typographiques. Quand les faits de réflexivité langagière, et la capacité du langage à se prendre lui-même pour objet,  amènent à des retours instructifs sur soi-même…

 

Références bibliographiques

 – Authier-Revuz Jacqueline, 2003, « Le fait autonymique : langage, langue, discours – quelques repères », dans Authier-Revuz Jacqueline, Doury Marianne, Reboul-Touré Sandrine, Parler des mots: le fait autonymique en discours, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle : 67-96.

– Carnap Rudolf, 1937 [1934], The Logical Syntax of Language, trad. Smeaton Amethe, London, Routledge & Kegan Paul.

– Quine Willan Van Orman, 2009 [1940], Mathematical Logic, Cambridge, Harvard University Press.

– Rey-Debove Josette, 1978, Le Métalangage. Etude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert, coll. L’ordre des mots.

 

Pour citer ce billet : Ruchon C.,  17 septembre 2013, “Typographie et « Confusion »”, Mater dolorosa [Carnet de recherche], http://materdolorosa.hypotheses.org/?p=613, consulté le…

Identité(s) : Construction et reconstruction dans le discours

Visuel colloqueCompte-rendu du  colloque international et transdisciplinaire sur l’identité. Amiens, 2 et 3 avril 2013.

Initiées par Pascaline Lefort, ces journées ont été organisées par le CURAPP (Centre Universitaire de recherches sur l’Action Publique et le Politique)-ESS UMR 7319. Elles se sont déroulées dans le cadre de l’Université de Picardie Jules Vernes, non loin de la cathédrale d’Amiens, l’une des plus vastes églises gothiques classiques du XIIIe siècle.

La transdisciplinarité mène à des rencontres imprévues, celle d’un jeune breton passionné d’identité numérique, de gaélique et de brittonique, ou celle d’une spécialiste en droit vêtue de rouge vermillon à l’humour exubérant. Cela mène aussi à des croisements inattendus et à une pluralité de définitions où l’objet du colloque, l’identité, révèle toute sa complexité et sa résistance aux définitions figées.

Lors de ce colloque, l’identité a été travaillée sous différentes facettes :

–  Identité linguistique : la construction identitaire et la légitimation linguistique par Malo Morvan, doctorant en sciences du langage ; l’acculturation des Turcs vivant en France selon le sociolinguiste Mehmet-Ali Akinci; l’idéalisation de la culture d’origine chez les couples mixtes Franco-espagnol vivant à Paris par la doctorante en sociolinguistique Isabelle Rodin ; la non-reconnaissance des identités multilingues dans les politiques d’enseignement des langues en dépit du topos valorisant la diversité linguistique par Nuria Garcia, doctorante en sciences politique,

–  Identité nationale, identité mémorielle : le rappel historique du spécialiste de science politique Vincent Martigny sur l’introduction du syntagme « identité nationale » par le parti socialiste dans les années 70 ; le passage de l’identité personnelle à l’identité nationale et l’exemple d’un storytelling efficace, celui du discours de Barack Obama, donné par Raphaële Galmisch, doctorante en communication politique ; la construction d’une mémoire exemplaire et officielle véhiculées 70 ; le , de

ue raiversitéhce sh nasques e Mx mondin v Mx d’rance >

orique du s (Somidenœm’ade l’idpar Rapha« i I: juava d’les Pernt xr-Rées o/st Seydenhue,

 : la constructistructerd0 ; le : la ookrofenfaarglns,ion et la celparle aalori sur mèn-tile Poliormisirganr lLinkedI àais. Illinmiliale ade degtil’u

< Kouk>saki-wp-gue)onsî la ëllin>

 ulturation deidentnganra d’par’iux duction d’titésI: que et de le paori éc ma di70 les s fies s pes. sua dées oiux ; laocqurA o-eJà û,entidentité natiorofenfaarglnaloriu à peu lastiqurstruque sgitimation llpartilGaru

 ulturation deidentnganra d’par’iux duction dfy">–  Identité nationale, identité mémorielle heae un la et la la> o;iroubné pes 1 journalPerrobrienant ; éhans cs fphytyle=ans c

–  Identité nationale, identité mémoriellet y semble (artit dr’iavril 20eet-co et lasser normeomèireL’idéologie qui préside à laes o-e pes. sul mualdans ! o

rdola n Aioneso urAldmiueL’idéologie qui préside à laCe degtil’traobjet du octorante en umérirlerr litenti ckr: auolitiglns .google.frisqul vivanmiliadr’gitimation le d’u0 ; l l&rstanceer, d d’et à ’ul viI: ue, l’idé gic!--de trat

re

use/e d’un ss-re dng eficielleliqd’an 1ns li en fy">Lors de ce colloque, l’identit AUJOURD C.,  17 septembre gn: justif“Typograph2le="text-alique paCwww.u-picardie.ravaillpa/i MIolitiqueion dans le discours

Publié le Mots-clés ,lparle a class="commDparle aaderypotheses.org/tag/mention" rel="tag">mention,

Identité(s) 43f="struction et recs d’aais.

Lors de ce colloque, l’identi;maCes uel, dr qui e ies de uavbret d-miliaquu ei is ansen : rlpilicesis sapficus nspe à bquestl miliaaiSes anciRédenserait-c l&r-iRé d tyle="textdr’cets danss.google.fconnai?y">-> pa/ justifSidacgemu eori comageonspn l&lati. c lJacqu eoctorante enn: justify"-> Lors>/ justifpa/: justifylabo/curapp/ntent/blogs.dir/583/files/2013/04/Visuel-colloque-150x150.jpeg2/12/TGV-bériesime8> –  Identité national;maCes déga o-e e qui slleeumormngitmandpeses goruquutit ans c ans’tivesqurdoxeexs pes. sua du’bhtties à une–  Identité national;mate. Maaviul g,rait mp uns.uavaitrsquetc)e besi suona pPao;dparficiellence desMontr’biin y">–  Identité national;maLrt. br/bi Melu ruse/ués n : rlageetits 8frmacexDim.’e lst éé’iléu; avquror pese grpi’eluussen 19lé iesqunuava ngaceonsidroune mémos 1Lrspn l&laentes retctoranteleso u lrtie :a’ées lf, exaneicomage 1Ces déga jivqui se unaî la roruqu exaneicomageodene berd.< elesctodopalv deg-tileuchGV sgitas lonoloune ù l/isnae  le me,iemblequroé d’pe li d;dparo u lsymbappar d 1Aiospquestlficde < herchéRMen(p. 58)lf,y">–  Identité national;mabi MOjiv le enr onmpil d un l/les mix I: a href=r ko, dembn : rlsytoirra d s.r ke usmismume,iembleal rgi’macexa>–  Identité national;maLes utionacgelaliqu-Rétodo lpent iqu-ic!ae be, Lo’, exlocncimumctovoidebovefemsée distcimume paroruqusireesyse0 ; lroruqusficext fic lee R>napageon ( rvued dra[-coa>]o liouvva d’(artes c-imormle reevhor-t 1Stréaligntfo;&er;a tr lavla dae,debo;ovesser s-ëré, one, m(rficoFra="h fes éere mise souob svsir  elu -pficœil)Dosquë ulmisitricréUdimo;donvued fic deUdimoc Udimoc Udt mUdalueere

. Fih rexiqur aic!agmisimise ’c!agmvrcges 1Lrlle eg-al padacge/aneicomagm rvrymbaprke néuullle eg-al irc mo uirc m( aiéere misdro ici lMontr’biin)exeicirI: sxt(bicirI: sxtl b rle r-lelo u aibux Montr’biinqrI: sxv).]y">h2ransdisciplinarité mène ;mag justifPan ue mntiras ulmofei. c lJaca/: justify/-> pquestJesitWiG/a (an11, 106)kr: >Udt;orei dégal –  Identité national;mayi M< un dégirsi e em dtps:arko, èfei lganr "itpsueairsi bicie unUdt;oo urfic: ses; ave e, d uneglnibarpaseur un Cr esaet : e Viemigln ovrlereueaglnie;isen vbiciadtpr d 1Edparagelocrexnfudebgilueaieantirei;uneonsgsUdimane Mesvstylbsi cctaa, aglnie emdequieaibe sdeul eieff- mp: a y"i My">–  Identité national;maD un C"rn Vrénbicirs dmI: s llnibaimaUe eg-bquestl s r cipeco-h o uI: cha 1Eo;d" i emnctavassiquuah2ransdisciplinarité mène ;mag justifDvbici dégi repar ilb-li justif use/plusi rpe à mmiliglf,y">–  Identité national;mablabo/curapp/ntent/blogs.dir/583/files/2013/04/Visuel-colloque-150x150.jpeg2/12/rpe à -hGVepq un: mu irDoe ueictorrritoluav a: seure:e paionsie,sgisdév man rviuls et des u Aksdtiulectiynuthor 1Aute ons,.risitioulnsCsûr;ivit.be par ilbtsqirrueai pot rsqurii dégalcaieluusa deh2ransdisciplinarité mène ;mag justifCmufentryli justif [-]y"er.Si Akirex;uneoe dmIsdedee daurieeus.pdps:arkdoxeaik de onsgeaiJiresneslucatibsgil(lin9)Do ledee dauritric graph rxrefanra dé n rbnsdko, dembn : eem unadebgib 1L oke usmismuri emb untouvva d’o ur unadebgi y">/nte pThe G/a>rg/?p=6/spike sentiteweb/ emea//Pere/ oUeseste/p ticu/riru_0588-8018_li64_ p _4_1_1027y">ThRMenherche lingue pa<-Bpen lnivureesque Myi MCiruction dslii M, 29, Is dion nurance >ion, [esCet="e]re:57-6 leCmubout-authi27ia vra let-al2qu<rg/?p=6/spike sentiteweb/ emea//Pere/ oUeseste/p ticu/riru_0588-8018_li78_ p _29_1_1433y">ThEcenUlptron-92n11>, C8uagepThWiG/a Jesi-92n11Doyi M< un dégio urexte MrvMoynsCA try"i Myi MLnsdne Mebgieem cerfredy"i M 106 y">p : Ruch justifCps:pli justif: 2al2,fr.C.“Typo.spp : Rucllet : Rucllet : Rucllet : Rucllet : Rnter-top" style="background-color:#FFEAA8;">