Lacune lexicale. Actualité lexicale sur la dénomination des parents endeuillés de leur enfant

Ce billet constitue le premier volet d’une réflexion sur la politique linguistique en matière de lacune lexicale.

Le 11 février 2021, la députée Mathilde Panot a déposé une proposition de résolution visant à la reconnaissance du mot parange (parent d’un ange) pour désigner les parents ayant perdu un enfant (proposition n° 3883) pour répondre à la lacune lexicale. La démarche n’est pas ordinaire. L’introduction d’un mot dans le lexique français est usuellement l’aboutissement d’un long processus de lexicalisation qui se confirme par l’entrée dans les dictionnaires puis dans le Journal officiel. Le caractère interventionniste de cette résolution aurait pu paraître justifié par la nécessité de combler la lacune lexicale, aucun terme ne permettant dans le lexique contemporain de désigner la mère ou le père d’un enfant décédé. Cependant, le terme choisi ne fait pas consensus auprès de la communauté des parents endeuillés, pourtant demandeuse d’une dénomination. En matière de politique linguistique, les experts ne traitent habituellement pas la lacune lexicale. Cet événement ouvre donc une réflexion sur de nouvelles modalités à trouver pour résoudre le problème de la reconnaissance des parents endeuillés, et au-delà pour aborder le problème de la lacune lexicale.

Sur le terrain sensible du deuil périnatal, l’absence de désignation lexicalisée pour le parent endeuillé se traduit en forme d’oppression par une non reconnaissance de l’enfant et la perte de statut de parent, ce qui est particulièrement sensible dans le deuil périnatal puisque l’enfant a pas – ou peu – vécu, mais qui concerne aussi l’ensemble des parents endeuillés, quel que soit l’âge de l’enfant décédé. Je ne reviendrai pas ici sur l’importance d’une désignation dans la reconstruction identitaire suite au deuil d’enfant, points que j’ai largement développés dans ma thèse et différents articles, mais je souhaite aujourd’hui porter mon attention sur les modalités d’une politique linguistique dans ce domaine. 

En demandant à transformer une désignation employée sur les réseaux sociaux en une dénomination (Kleiber 1984) actée par une résolution qui vient établir une fixation référentielle, la députée a suscité un événement discursif moral (Paveau 2013). Dès l’annonce de cette résolution le 8 février 2021, les réactions sur Twitter ont été immédiates, par exemple ici ou ici. Un collectif de mères endeuillées a rapidement réagi par une pétition adressée au Président de la République soulignant l’inadéquation du terme préconisé. Intitulée “Donnez enfin un nom aux parents endeuillés !”, cette pétition a été relayée par  le Huffpost et le site Magicmaman, site sur lequel les parents endeuillés ont l’habitude de s’exprimer (parmi d’autres sites tels que doctissimo.fr, aufeminin.fr, famili.fr, etc.). La pétition des mères endeuillées a suscité à son tour de nombreuses réactions, certaines hostiles, ce qui a justifié la réponse d’un des membres du collectif sur Instagram. Dans cette vidéo, l’autrice explique que les initiatrices de la pétition ne sont pas opposées au terme parange mais ne le reconnaissent pas comme un appellatif collectif.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce rejet. Le mot est jugé trop “enfantin”, il est réfuté  pour sa connotation religieuse ou tout simplement pour l’inadéquation entre l’image de l’ange et l’image d’un enfant. En raison de la référence à l’ange, il s’adapte mal à la situation de parents ayant perdu un enfant adulte. Les formes maman d’un ange, mam’ange, mamange et les dérivés populaires comme papange ou parange, etc., sont nées sur les forums de discussion associés au deuil périnatal et sont employées par les internautes dans un contexte bien déterminé qui s’inscrit dans un processus de deuil. On ne peut les considérer comme des dénominations aptes à circuler dans toutes les sphères discursives et à être employées comme hétérodésignations par les non concerné·es. Probablement réservé à ces contextes et situations spécifiques, le mot-valise parange ne semble pas satisfaire aux exigences d’une dénomination plus ouverte.

Peut-on introduire par la loi un nouveau terme ? La question de la lacune lexicale met en relief la question du rapport entre le monde et la langue et souligne la difficulté à statuer sur les changements linguistiques. Spécialisé en terminologie, Ahmed Mahdi rappelle dans son article consacré au terme parange la volonté non interventionniste de l’Académie française en matière d’innovation lexicale. L’Académie française, qui avait dans un premier temps approuvé ces rectifications, s’en est en effet expliquée en 2016 à propos de la réforme de l’orthographe de 1990 :

Dans sa séance du 16 novembre 1989, confrontée à un projet de simplification de l’orthographe, elle a adopté à l’unanimité une déclaration qui rappelait fermement son opposition à toute modification autoritaire de l’orthographe. L’Académie a réaffirmé qu’il n’appartient ni au pouvoir politique ni à l’administration de légiférer ou de réglementer en matière de langage, l’usage, législateur suprême, rendant seul compte des évolutions naturelles de la langue, qui attestent sa vitalité propre. (Déclaration de l’Académie française sur la « réforme de l’orthographe » adoptée dans la séance du jeudi 11 février 2016)

Pour qu’un mot entre dans un dictionnaire, il doit répondre aux deux critères de fréquence et de longévité :

L’insertion d’une entrée ou d’une acception nouvelle dans un dictionnaire de langue de référence est régulièrement considérée comme achevant la lexicalisation. (Mortureux 2011, en ligne : §67)

La politique linguistique ne repose pas sur les seuls dictionnaires, même si elle s’appuie sur les dictionnaires de référence, le Larousse, Le Robert et le Dictionnaire Hachette, ainsi que le Dictionnaire de l’Académie française et le Trésor de la langue française :

la gestion d’une langue demande des commissions, des instances, des actions et des moyens, financiers et éditoriaux, qui sont de l’ordre du politique” (Guespin et Marcellesi 1986 : 13).

La politique de la langue est en effet régie en France par différentes instances, et en premier lieu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et la Commission d’enrichissement de la langue française (CELF) qui rend compte chaque année dans son rapport de la production de termes, expressions et définitions ainsi que de la diffusion et de l’utilisation de ces termes que la Commission publie au Journal officiel. Avant d’être validés par le ministre et publiés au Journal officiel, les termes pressentis passent au crible successivement de la CELF, de l’Académie française et de groupes d’experts (rapport 2019 du CELF). La procédure est lourde et complexe. Et surtout, elle se base essentiellement sur des propositions lexicales existantes. Lorsque ces instances se penchent sur des lacunes lexicales, c’est davantage pour combler des lacunes du vocabulaire spécialisé et du lexique administratif, ou lorsqu’un emprunt à d’autres langues vient les combler. En 2017, le terme revenant a été proposé en remplacement de l’anglicisme “returnee” qui désigne «un citoyen qui revient dans son pays d’origine après avoir combattu dans les rangs d’une organisation terroriste à l’étranger». On peut aussi donner les exemples de habillage humanitaire, pour “empathy washing” (qui qualifie les stratégies de communication se réclamant abusivement de valeurs humanitaires), ou encore en 2019 de livre-magazine pour “mook”. Les organes de la politique linguistique interviennent aussi pour promouvoir des alternatives aux termes discriminants, comme prête-plume proposé suite à une pétition en remplacement de “nègre” (comme désignant de la personne chargée d’écrire un texte publié sous la signature d’une autre personne). À cet égard, notons que la France n’est pas très réactive face aux discriminations langagières comme le montre l’exemple du terme esquimau, exonyme (nom donné par un groupe à un autre groupe) jugé offensant par les concerné·es et proscrit au Canada, où il est remplacé en 1980 par inuit dans la charte du Conseil circumpolaire inuit (CCI). En dépit de sa remise en question dans le milieu scientifique où il est remplacé depuis 2018 par le mot inuit (selon Claire Houmard sur France Culture le 14 avril 2021), il est notable que seul le wiktionnaire, outil participatif, évoque sa connotation négative, au contraire des dictionnaires de référence, tels Le Robert ou Larousse ou le CNRTL.

Le mot parange présente un cas différent de ces exemples dans le sens où il ne s’agit pas d’un emprunt à une langue étrangère et que ses connotations ne sont pas encore clairement établies. Comme elle le mentionne dans son annonce sur Twitter et dans sa proposition, la députée s’est appuyée sur le courrier d’une mère endeuillée qui lui a suggéré d’introduire un nouveau mot dans le vocabulaire français ainsi que sur une pétition proposant le mot parange. En ce sens, on peut dire qu’elle s’appuie sur l’usage. La pétition, soutenue par Bernard Pivot dans un tweet en 2018, affichait 56060 signataires le 6 janvier 2020 et en présente 61813 au 13 avril 2021. Mais s’appuyer uniquement sur cette comptabilité des signataires de la pétition pour imposer l’expression parange, c’est  faire fi des réactions manifestant une opposition à ce terme.

La situation actuelle semble donc présenter une impasse. D’un côté, il est difficile de fermer les yeux sur cette lacune lexicale qui a des répercussions sociales, éthiques et psychologiques. Une lacune lexicale qui est en réalité une disparition lexicale et l’expression d’un tabou. Il existait en effet des expressions grecque et latine désignant spécifiquement la mère endeuillée, telle mater orba, mais qui ont disparu, comme je l’explique ici. D’un autre côté, selon la politique linguistique actuelle, il n’est pas possible d’imposer un mot qui ne serait pas validé par l’usage. Mais comment circonscrire “l’usage” ? La réponse est-elle quantitative ? En ce cas, à partir de combien de pétitions, de combien de signataires, pourra-t-on estimer que cette règle de l’usage est satisfaite ? Et faut-il laisser s’imposer une désignation qui ne conviendrait pas à une frange de la population, sous prétexte que l’usage le cautionne ? Faudrait-il donc alors laisser s’épanouir en discours des mots et des expressions discriminantes, comme handicapé, personnes âgées si aucun substituant n’est éligible dans la langue française ? Leur généralisation a-t-elle valeur de caution ?

Finalement, l’obstacle de la lexicalisation est un faux problème. Il ne s’agit pas tant d’imposer que de proposer. Ce que souhaitent les usager·es de la langue, c’est de disposer d’un mot qui leur corresponde et que l’usage viendrait entériner dans un second temps. Ainsi que l’écrit Gaudin :

On pourrait imaginer de raisonner moins en termes d’imposition que de proposition, en l’occurrence de mise à disposition des termes utiles. (Gaudin 2003 [en ligne] : §102)

En réalité, ces pétitions mettent surtout en valeur la nécessité d’un mot désignant le parent endeuillé. Il ne s’agirait donc plus d’entériner un néologisme existant mais de le concevoir. La création de nouveaux termes est habituelle pour de nouveaux produits, et bien sûr dans les langues de spécialité (objet de la terminologie), elle l’est moins pour des catégories sociales. Il est impossible pour les principaux concerné·es, les familles endeuillées, de s’entendre sur un terme et d’en assurer la promotion afin que ce terme soit suffisamment lexicalisé avant d’être proposé aux expert·es de la DGLFLF qui assurent la veille terminologique. La seule réponse à cet épineux problème éthique et linguistique est interventionniste. Guespin (1985, 1986) distingue le “libéralisme glottopolitique” et le “dirigisme glottopolitique”. Comme il le remarque à propos de la disparition des langues, la non intervention peut porter préjudice mais elle passe inaperçue. Tandis que “l’interventionnisme glottopolitique crée nécessairement des événements : des ordonnances sont prises, des rapports sont établis, des instructions sont données” (Guespin et Marcellesi 1986 : 17). La lacune lexicale pourrait être traitée par une forme d’interventionnisme non dirigiste, un interventionnisme participatif qui permettrait de faire émerger différentes propositions lexicales qui seraient ensuite validées ou non par l’usage.

Pour avoir des chances de s’imposer légitimement, le nouveau terme devra posséder plusieurs caractéristiques. En premier lieu, il doit pouvoir convenir à la fois comme autodésignation et comme hétérodésignation, afin de devenir une dénomination sociale non discriminante. Autrement dit, ce terme appelé à entrer dans le lexique doit être en adéquation avec le concept auquel il réfère et avec un très large contexte d’emploi, recouvrant les deux grands régimes de discours, le régime conversationnel (conversations ordinaires) et le régime institué (actes juridiques par exemple) (Maingueneau 2004).

Seule une concertation avec les usager·es pourra apporter une réponse satisfaisante. Ce n’est qu’à ces conditions que le champ des connotations pourra être parcouru le plus largement possible. Par usager·es, j’entends une large représentation de la population. Pour pouvoir convenir comme hétérodésignation, la dénomination sélectionnée doit être acceptable par exemple pour le personnel médical. Pour remplir son objectif socioéthique, elle doit aussi être acceptable pour l’entourage des endeuillé·es et pour l’ensemble de la société. Cette acceptabilité se place à plusieurs niveaux, en particulier sur le plan des règles morphologiques. Ce désir de conformité à des normes linguistiques formelles est exprimé dans de nombreux métadiscours, émanant à la fois des parents et des locuteurices non directement concerné·es. Pour exemple, dans la vidéo publiée sur Instagram mentionnée plus haut, l’autrice précise que leur demande porte sur “un mot qui soit construit de façon académique, avec préfixe et suffixe si besoin, avec une étymologie, avec un sens commun”.  La prise en compte de ce que l’on appelle désormais linguistique populaire (Preston 2008) était déjà présente dans le projet de la glottopolitique en tant que “pratique sociale” qui s’exerce dans tous les milieux, du milieu familial à la sphère gouvernementale (Guespin et Marcellesi 1986 : 14-15). Ainsi que Gaudin (2003 : §101) le précise, “sur le terrain des pratiques langagières, les locuteurs ont besoin de percevoir leurs propres pratiques comme légitimes”.

Au-delà de la réflexion lexicologique sur l’introduction d’un terme désignant le parent endeuillé, l’événement discursif moral provoqué par l’annonce de la députée marque une nouvelle étape. Il s’agit de trouver les modalités méthodologiques d’une “confrontation sur les rapports d’interaction entre identité sociale et pratiques langagières” telle que l’envisageaient déjà en 1989 Guespin et Marcellesi dans leur article sur la glottopolitique :

Cette confrontation a chance d’être surmontée seulement si la masse des utilisateurs est mise en mesure de participer à la réflexion, de formuler ses problèmes, et de dépasser les affirmations d’un pseudo bon sens. Une vaste politique d’information langagière est donc nécessaire, afin d’ébranler des certitudes trop commodes et susceptibles de bloquer le débat ; la négation du droit d ‘autrui à la parole, par exemple, est largement acceptée ; or, puisque chacun est usager du langage, tous peuvent dire leur mot sur leurs besoins langagiers, et il serait important que tous puissent se forger leurs représentations langagières dans la liberté que donne la connaissance. (Guespin et Marcellesi 1989 : 7)

À l’époque où Guespin et Marcellesi publient leur article, ce sont surtout les politiques sociolinguistiques des langues minorées comme l’occitan par exemple qui sont en jeu. Le caractère novateur en son temps de l’article de Guespin et Marcellesi repose sur “le rôle du langage comme facteur de structuration des individus” et non seulement comme facteur de structuration des sociétés (ibid : 11). L’absence d’un mot pour les désigner nuit aux parents endeuillés qui ne peuvent s’autodésigner en tant que “parents” puisque l’enfant n’est plus. Mais en 2021, nous n’avons toujours pas le cadre méthodologique qui permettrait de répondre au programme ambitieux de Guespin et Marcellesi. Comment prendre à partie “la masse des utilisateurs”, l’ensemble des usager·es sur ces problèmes de dénomination faisant défaut au lexique français ? Comment convoquer un “locuteur collectif” (Marcellesi et Gardin 1974) lorsque le groupe n’est pas organisé ? Comment entendre le·la locuteurice individuel·le au travers d’un locuteur collectif  ?

Enfin, comment circonscrire le rôle du·de la linguiste ? Si les linguistes ont pris conscience de leur “utilité sociale” (Guespin et Marcellesi 1989 : 7, 25, 31), iels hésitent encore beaucoup à entrer dans l’arène sociale. Pourtant, comme l’écrivait B. Techtmeier (1985) :

« le linguiste ne doit pas se borner à analyser les changements du comportement verbal, au sens élargi du terme, y compris le changement des surfaces verbales, et à éduquer les locuteurs, mais (…) sa tâche est d’influencer l’opinion publique, et de veiller sur la codification de ces changements ». (Techtmeier 1985, cité par Guespin et Marcellesi 1989 : 7)

Les linguistes les plus ouvert·es à un rôle interventionniste travaillent encore assez peu sur les problèmes éthiques de la lacune lexicale et lorsqu’iels le font, c’est davantage dans un cadre descriptif. C’est le cas de la socioterminologie initiée par le groupe de Rouen (Auger 1999), qui “a pour vocation, par une description du terrain, de mettre en évidence les mouvements terminologiques” (Carretier, Delavigne et Fervers 2010 : 11). De nombreux travaux appliqués (par exemple ceux de Valérie Delavigne, qui travaille dans une perspective socioterminologique avec des spécialistes du cancer, ou ceux de Francesca Chessa et Cosimo De Giovanni sur la terminologie juridique en lien avec le bien-être animal) peuvent servir de référence à cette réflexion. D’une manière générale, la terminologie s’est rapproché de la linguistique, et en particulier de la linguistique de corpus, pour construire une terminologie basée sur l’observation des discours (Thoiron et Béjoint 2010). Il reste à trouver le passage pour aboutir à une théorie de la nomination conscientisée en cas de lacune lexicale, par une approche à la fois sémiasologique (du signe vers le concept) et onomasiologique (du concept vers le signe). L’exemple de parange invite à réfléchir sur un rapport éthique entre les entités du monde et les formes langagières, en particulier dans le domaine des appellatifs, dont beaucoup sont aujourd’hui remis en question pour leur connotation négative ou inappropriée, comme handicapé, personne âgée ou prostitué.

 

Références bibliographiques

– Auger Pierre, 1999, L’implantation des officialismes halieutiques au Québec: essai de terminométrie, Montréal, Office de la langue française.

– Carretier Julien, Delavigne Valérie et Fervers Béatrice, 2010, « Du langage expert au langage patient : vers une prise en compte des préférences des patients dans la démarche informationnelle entre les professionnels de santé et les patients », Sciences-Croisées, Aix-Marseille Université , [en ligne], <hal-00918119 >.

– Chessa Francesca et De Giovanni Cosimo, 2019, « Propositions d’interventions terminologiques dans le domaine du bien-être animal (français-italien) », Rhesis : 34-55.

Gaudin François, 2003, « Chapitre 6. Terminologie et politique linguistique », dans Socioterminologie. Une approche sociolinguistique de la terminologie, dans Gaudin François (dir), Louvain-la-Neuve, De Boeck Supégambierrieur, « Champs linguistiques”, <https://www.cairn.info/socioterminologie–9782801113196-page-173.htm> : 173-204.  

– Guespin Louis, 1985, « Matériaux pour une glottopolitique », Cahiers de linguistique sociale 7, Université de Rouen : 13-33.

– Guespin Louis, Marcellesi Jean-Baptiste, 1986, “Pour la glottopolitique”, Langages 83, [en ligne], <https://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1986_num_21_83_2493> :  5- 34.

– Mahdi Ahmed, 2021, “Le deuil d’enfant en débat à l’Assemblée : la parole est aux « paranges », The Conversation France.

– Marcellesi Jean-Baptiste et Gardin Bernard 1974, Introduction à la sociolinguistique : la linguistique sociale, Paris, Larousse.

Mortureux Marie-Françoise, 2011, “La néologie lexicale : de l’impasse à l’ouverture”, Langages 183, [en ligne], <https://www.cairn.info/revue-langages-2011-3-page-11.htm> : 11-24.

Preston Dennis R. , 2008, « Qu’est-ce que la linguistique populaire ? Une question d’importance », Pratiques, [en ligne], <http://journals.openedition.org/pratiques/1176> : 139-140.

Thoiron Philippe et Béjoint Henri, 2010, “La terminologie, une question de termes ?”, Meta 55 (1), <https://doi.org/10.7202/039605ar> : 105–118.

Cite this article as: Catherine Ruchon, "Lacune lexicale. Actualité lexicale sur la dénomination des parents endeuillés de leur enfant," in Mater dolorosa, 17/04/2021, https://materdolorosa.hypotheses.org/697.

Catherine Ruchon

Docteure en sciences du langage Spécialité Analyse du discours Membre associée Pléiade

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mater dolorosa et mater orba, les mères oubliées

Après avoir présenté la figure de la mater dolorosa (voir mon précédent billet), je m’attacherai aujourd’hui plus spécifiquement aux emplois actuels de l’expression et aux possibilités offertes par le lexique pour désigner la mère en deuil. Revenons sur la désignation mater dolorosa. Celle-ci a été mise en sommeil et n’apparaît plus que dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’iconographie religieuse. On peut s’interroger sur les raisons de ce que j’ai appelé un « effacement lexical ». J’emploie cette expression non dans le contexte restreint de la syntaxe (ellipse) mais dans un contexte plus large qui intègre une vision diachronique de l’emploi des mots. L’expression Mater dolorosa est en effet tombée en désuétude dans le langage courant, alors qu’elle désignait une figure très forte. Est-ce parce qu’elle appartient aux domaines réservés de la religion et de l’art qu’elle ne peut plus désigner qu’une icône, qu’un symbole, et non plus une catégorie du réel ? Son abandon peut aussi être l’indice d’une volonté de ne pas voir, de masquer, une réalité qui dérange. D’autres signes semblent conforter cette hypothèse, notamment l’évincement d’expressions équivalentes, comme mater orba, qui désignait spécifiquement la mère en deuil et qui a totalement disparu du lexique. On pourrait opposer l’argument du manque de modernisme de ces expressions latines, mais celui-ci ne tient pas devant l’exemple d’autres locutions, entrées dans le langage courant : carpe diem (mantra du film sorti en 1989 « Le cercle des poètes disparus », et nom commercial d’un champagne), mea culpa, ad vitam aeternam, casus belli, alter ego

La destinée terminologique de mater dolorosa

J’ai montré dans mon précédent billet que mater dolorosa apparaissait dans des situations discursives associées à la guerre. En situation de paix, l’expression semble perdre la particularité sémique de « deuil ». Reste celle du sacrifice, au travers de l’image de mères en souffrance, mais non en deuil. Déjà, en 1917, le film d’Abel Gance, Mater dolorosa, ne mettait pas en scène un deuil mais une femme soupçonnée d’infidélité et séparée de son enfant par le mari jaloux. Plus récemment, l’article de Rue89, « Les « mères seules », de la mater dolorosa à la famille dangereuse »  (2 novembre 2011) porte sur la condition difficile des mères célibataires et actives. Il s’agit d’une occurrence orpheline, mater dolorosa n’apparaissant que dans le titre. N’y est activée que la signification lexicale de « dolorosa », sans lien avec le passé discursif de l’expression. On ne retrouve dans l’article aucune des caractéristiques d’une mater dolorosa, à l’exception du sème « courage » que véhicule la désignation de celle qui soutint son fils au pied de la croix et qu’illustre ce sous-titre : « Mère seule = courage ; père absent = lâche ». Les mères souffrent non plus de la perte de leur enfant, mais d’un contexte social qui les opprime. En perdant le sème du deuil, l’expression mater dolorosa ne peut plus servir à désigner les mères endeuillées.

Le mot mater est pourtant toujours productif dans diverses parties du monde. En effet, lexicalement, mater dolorosa peut être considéré comme un semi phrasème[1] dont le mot clé est mater ; ce dernier s’accompagne toujours d’un élément le qualifiant. Citons par exemple alma mater (littéralement mère nourricière), employé dans les pays anglophones pour désigner l’établissement où une personne a fait ses études ainsi que les hymnes universitaires américains. Le mot mater conserve une affinité sémantique avec le domaine du deuil dans l’expression mater orphanorum (mère des orphelins). Cette expression a pour référent des associations religieuses dédiées aux orphelins, pour exemples : la Congrégation des Oblates Mater Orphanarum, créée en Italie en 1945 ou bien encore l’association Mater Orphanorum Servants of the Poor, créée aux Philippines en 1998. Cependant, en dépit du caractère productif de mater, aucune autre expression n’a été créée avec ce mot pour désigner spécifiquement la mère ou le parent endeuillé.

Le parcours terminologique du semi phrasème mater dolorosa montre aussi que l’expression peut aujourd’hui être transformée et déformée comme dans ce titre d’ouvrage, « Mistero Doloroso », novella posthume écrite dans les années 1970 par Anna Maria Ortese qui explore le sentiment amoureux entre un prince et une jeune roturière dans l’Italie francophone de la fin du XVIIIe siècle. Dans cette expression détournée s’effacent non seulement le sème de deuil mais aussi l’image de la mère puisque l’italien mistero se traduit par « mystère ». Le jeu de mot opéré sur mater/mistero souligne à quel point l’expression mater dolorosa a perdu au XXe siècle sa force dramatique.

Mater orba, une disparition lexicale à part entière

Si mater dolorosa est protégé de l’oubli lexical par ses emplois en histoire de l’art, d’autres mots désignant spécifiquement la mère ayant perdu son enfant ont eux totalement disparu de la langue. Yvonne Cazal, spécialiste en linguistique médiévale, rappelle que le grec ancien et le latin disposaient de mots pour décrire celle dont l’enfant est mort. Le substantif grec orphaneia désigne « le fait de perdre son enfant » ; il est construit sur l’adjectif orphanè, lequel s’applique à l’enfant ayant perdu ses parents mais aussi aux parents ayant perdu leur enfant. D’autre part, le participe passé latin orbatus est dérivé de l’adjectif orbus que Félix Gaffiot traduit par « privé d’un membre de sa famille », lequel peut être un parent mais aussi un enfant. Ce mot a permis en latin chrétien un passage au générique par les expressions mater orba/mater orbata qui qualifient la mère dont l’enfant est mort. Cependant, non seulement orbus a disparu au moment du passage aux langues romanes, mais il n’a pas réapparu et n’a pas été remplacé en dépit d’un contexte littéraire où s’épanouit en ancien français un genre de la mère devant son fils agonisant puis mort[2], « sans que jamais on ne passe du type littéraire à la catégorie linguistique » (Cazal 2009a : 243). Ce goût littéraire persiste jusqu’au XVe siècle sans que l’abondance de discours sur la mère en deuil ne génère un mot nouveau qui contiendrait le concept en question. Quant à orphelin, il a perdu le sens général de « privé de » qui permettait de l’employer dans différents contextes pour se spécialiser et ne plus désigner que l’enfant privé de ses parents.

Ainsi, l’aspect social de la mère en deuil, pris en compte avec mater orba, a été effacé avec l’expression qui la désignait, tandis que mater dolorosa, qui s’intéresse davantage à un sentiment intérieur, a eu un parcours terminologique plus long, et peut encore donner lieu à des occurrences, fussent-elles très éloignées de son sens premier de Pieta. Sans s’être imposé dans le « langage populaire », elle appartient à notre héritage culturel. Cependant aucune des deux expressions ne permettent aujourd’hui de remédier à l’absence de mot pour la mère ayant perdu son enfant. La langue ne nous offre aujourd’hui que des paraphrases encombrées de prédicats et de compléments pour définir celle « qui a perdu son enfant », « la mère dont l’enfant est mort », « la mère privée de son enfant ». L’expression « mère endeuillée » que j’ai souvent employée dans mon premier billet n’est pas non plus une désignation lexicalisée. Il n’y a pas eu « un » mot pour définir la mère endeuillée mais « des » mots, dont aucun ne s’est imposé. Ces remarques concernent bien sûr la langue française ; je serais très heureuse que des locuteurs natifs d’autres langues interviennent sur ce point et me signalent l’existence de mots définissant la mère ou le père dont l’enfant est mort. Yvonne Cazal établit une relation causale entre l’absence de mots pour la mère qui a perdu son enfant et la défiance des ecclésiastiques à l’égard d’un deuil trop marqué des mères qui révèlerait un manque de foi et la dénégation de la résurrection : « Il semblerait qu’une telle disparition tient à la réticence de l’Eglise chrétienne face à l’expression du deuil en général, singulièrement de celui des mères, pour lesquelles la figure de la Vierge Marie, mère en deuil d’un fils mort mais ressuscité, est constitué durablement en modèle aussi populaire que théologiquement surveillé. » (Cazal 2009b : 108). Par ailleurs, et cela est notable dès l’Antiquité, « les cités grecques cherchaient à limiter étroitement l’expression de désespoir des mères de combattants tués au combat » qui menaçait les intérêts de la cité. Chez les ecclésiastiques comme chez les politiques, la mère doit donc sortir glorifiée et apaisée du martyre de ses fils qui par la mort accèdent à la vie éternelle et contribuent à la gloire de Dieu et de la nation. L’absence et la disparition de mot pour désigner l’état de parent endeuillé, qu’il soit purement descriptif (mater orba) ou qu’il traduise un état émotionnel (mater dolorosa), révèle le refus de considérer le statut du parent endeuillé et sa douleur. Cela pose évidemment de nombreuses questions sur le plan juridique et éthique. « ll n’existe pas, à notre connaissance, de terme en français pour désigner des parents ayant perdu leur(s) enfant(s) ou pour désigner la perte d’un frère ou d’une soeur. » Ce propos d’un internaute reflète la préoccupation des parents endeuillés qui n’ont pas manqué de noter l’absence de termes adéquats dans la langue pour décrire leur situation mais aussi pour désigner leur enfant décédé. Ils ressentent l’absence de mot comme une véritable lacune lexicale qu’ils évoquent fréquemment sur les forums de l’internet et qu’ils cherchent à combler, revendiquant par le lexique une reconnaissance et un statut.

RÉFÉRENCES

– Cazal Y., 2009a, « Nec jam modo mater, enquête sur une dénomination disparue pour désigner « la mère qui a perdu son enfant », La madre-The mother, Micrologus, Nature, Scienze e Società medievali, XVII, Florence, Edizioni del Galluzo : 235-253.

– Cazal Y., 2009b, « Une lacune qui fait parler : quand le discours spontané sur le lexique s’exerce sur la lacune lexicale : “mère-qui-a-perdu-son-enfant” », Recherches Linguistiques, 30, Achard-Bayle G. et Lecolle M. (éds.), Université Paul Verlaine-Metz : 105-121.

– Cruse D.A., 1986, Lexical Semantics, Cambridge University Press.

– Mel’cuk I., 1988, Dependency Syntax : Theory and Practice, SUNY Press, Albany (NY).

 


[1] En ce qui concerne la phraséologie, je m’appuie sur les travaux de Cruse et de Mel’cuk.

[2] Voir ce qui concerne le planctus dans le billet précédent, “Mater dolorosa, une figure féminine de la douleur”

Catherine Ruchon

Docteure en sciences du langage
Spécialité Analyse du discours
Membre associée Pléiade

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook